Face au «gros temps» en Europe, Edouard Philippe appelle les députés LREM à rester «groupés»

SOUDES Le groupe de députés LREM a fait un point d’étape, un an après les élections présidentielles et la marée « En marche ! » à l’Assemblée…

20 Minutes avec AFP

— 

Edouard Philippe, le 14 juin 2018 à Matignon.
Edouard Philippe, le 14 juin 2018 à Matignon. — Jacques Witt/SIPA

Ce sont des propos rapportés par les députés présents lors d’une réunion du groupe LREM à l’Assemblée. Edouard Philippe a appelé ce mardi les députés LREM à rester « groupés » face au « gros temps » à venir, notamment au vu du contexte politique tendu en Europe.

« Ce qui est devant nous est un gros temps : quand ça devient difficile il vaut mieux être groupés », a déclaré le chef du gouvernement devant le groupe majoritaire à l’Assemblée lors d’une réunion à huis clos, un an après leur élection.

Cette réunion est « l’occasion de dresser un point d’étape et d’évoquer les grands enjeux européens et internationaux. La majorité est mobilisée aux côtés du gouvernement et du président », a écrit sur Twitter le président du groupe, Richard Ferrand.

Pas d’amendement individuel pour la réforme constitutionnelle

Cette déclaration intervient dans un contexte tendu, dans une Europe crispée sur les problématiques d’immigration. Emmanuel Macron retrouve ce mardi en Allemagne Angela Merkel, politiquement affaiblie, pour négocier en particulier des alliances sur la crise migratoire et parachever une réforme de la zone euro.

A l’approche de l’examen par l’Assemblée du volet constitutionnel de la réforme des institutions voulue par Emmanuel Macron, Richard Ferrand a aussi demandé de « porter cette réforme collectivement », appelant à demi-mot à la modération sur les amendements individuels.

« Ce n’est pas rien de modifier la Constitution, ce n’est pas anecdotique », a estimé l’ancien ministre, soulignant que « chaque amendement fera l’objet d’un débat et aura des réponses, notamment en réunion de balayage » par le groupe. Le député Bruno Questel a suggéré un « engagement collectif à ne pas présenter d’amendements individuels sur la réforme constitutionnelle » et a été largement applaudi, selon un participant.

>> A lire aussi : EXCLUSIF. Réforme de la SNCF. «Faire grève contre une loi, en démocratie, c'est curieux», dit Edouard Philippe

>> A lire aussi : Mobilisation de samedi. «C'était un petit coefficient de marée», ironise Edouard Philippe