VIDEO. Retraite du PDG de Carrefour: Emmanuel Macron fustige les «dingues de pognon»

ARGENT Georges Plassat, qui a récemment quitté la direction de Carrefour, devait recevoir près de 14 millions d’euros…

R. G.-V.

— 

Emmanuel Macron devant le Congrès, le 3 juillet 2017.
Emmanuel Macron devant le Congrès, le 3 juillet 2017. — Eric FEFERBERG / POOL / AFP

Le montant de la « retraite chapeau » de l’ancien PDG de Carrefour (près de 14 millions d’euros) a suscité l’indignation jusqu’au plus haut niveau de l’Etat. C’est, en tout cas, ce que croit savoir le Journal du dimanche.

Emmanuel Macron aurait parlé de « dingues de pognon » pour évoquer la somme que devait recevoir Georges Plassat. Une référence directe à sa vidéo de la semaine précédente, où le Président de la République avait fustigé « le pognon de dingue » dépensé, d’après lui, par l’Etat, pour les prestations sociales.

« L’échec récompensé »

Finalement, l’ancien PDG de Carrefour a renoncé à 3,9 de ses 13,7 millions d’euros, soit le niveau de sa clause de non-concurrence. Il lui reste quand même de quoi voir venir : un peu plus de 9 millions d’euros. Georges Plassat n’a pourtant pas brillé à la tête du géant de la distribution, en pleine restructuration après avoir, notamment, manqué le virage du numérique.

C’est ce qu’a pointé le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, samedi : « Que l’échec soit récompensé par des rémunérations très élevées, c’est incompréhensible et choquant. » Il a aussi plaidé pour une meilleure application du code de bonne conduite du Medef sur les rémunérions des dirigeants d’entreprises.

>> A lire aussi : «C’est honteux»... A l’assemblée générale de Carrefour, la rémunération de l'ancien PDG et des actionnaires passe très mal