«Un sac de ciment et au fond du port», quand des députés d’En Marche se moquent d’un collègue sur Telegram

BONNE AMBIANCE Les députés se défendent et parlent d’humour…

C.C.

— 

Les députés d'En Marche, Roland Lescure et Jean-Baptiste Moreau (à gauche et au centre) et Olivier Falorni (à droite).
Les députés d'En Marche, Roland Lescure et Jean-Baptiste Moreau (à gauche et au centre) et Olivier Falorni (à droite). — Bureau-Julien-Demarthon / AFP

« Édifiant. Consternant. Et au fond (si j’ose dire) très révélateur », Olivier Falorni a du mal à avaler la pilule. Le député non-inscrit de Charente-Maritime a découvert cette semaine que ses collègues d'En Marche n’hésitaient à se moquer de lui en privé via le réseau social Telegram.

Des propos très douteux

Tout se passe dans la nuit du 19 au 20 avril lors des discussions autour du projet de loi Agriculture et Alimentation selon Sud Ouest. Olivier Falorni présente ses amendements sur la maltraitance animale. Des amendements que goûtent apparemment très peu certains députés de LREM. Voilà ce qu’écrit alors Jean-Baptiste Moreau, élu de la Creuse et rapporteur de la loi :

Je vais dire à quelques potes de La Rochelle de le jeter dans le port. »

Roland Lescure, député des Français de l’étranger, enchaîne :

ou dans un bateau avec les animaux pendant plus de huit heures. »

Le premier renchérit : « Un sac de ciment et au fond du port de La Rochelle. »

Ce serait de l’humour selon les deux députés

Pour d’autres, Olivier Falorni a carrément « niqué l’ambiance. » Si les deux hommes confirment leurs propos, il s’agirait « d’humour » à en croire Roland Lescure : « On a eu des échanges humoristiques qui, une fois rendus publics, peuvent apparaître comme déplacés. On a fini à une heure du matin tous les soirs et c’était sans aucune volonté de nuire à qui que ce soit. » Pas sûr qu’Olivier Forlani ai eu la même sensation à la lecture de ces messages.

>> A lire aussi : Les dépenses de la campagne présidentielle des candidats ont-elles été suffisamment contrôlées?

>> A lire aussi : La secrétaire d'Etat Brune Poirson répond au député qui l'a appelée «Ma poule»