Marine Le Pen se rendra en Italie après l'été

IMMIGRATION « Je suis très demandée par la presse italienne et j’ai pris un certain nombre d’engagements auprès de grandes télévisions », a précisé la députée...

20 Minutes avec AFP

— 

Marine Le Pen photographiée le 13  février 2017 lors d'un déplacement à Menton, à proximité de la frontière italienne.
Marine Le Pen photographiée le 13 février 2017 lors d'un déplacement à Menton, à proximité de la frontière italienne. — Christian Alminana/AP/SIPA

La présidente du Rassemblement national (RN, ex-FN), Marine Le Pen a indiqué ce jeudi qu’elle se rendrait en Italie après l’été. Le RN est en effet un allié de la Ligue au pouvoir en Italie.

« Je suis très demandée par la presse italienne et j’ai pris un certain nombre d’engagements auprès de grandes télévisions », a précisé la députée du Pas-de-Calais. A cette occasion, Marine Le Pen a ajouté qu’elle « exprimerait auprès de Matteo Salvini [ministre de l’intérieur et chef de la Ligue] le souhait de le voir, ainsi que d’autres » responsables italiens.

Le RN aligné sur le gouvernement italien

La question des migrants a généré de grandes tensions diplomatiques entre la France et l’Italie, qui met au défi l’unité de l’Europe. Le RN a pour sa part soutenu le refus par l’Italie d’accueillir sur ses côtes un navire - l’Aquarius - transportant plus de 600 migrants secourus au large de la Libye.

Marine Le Pen a jugé « admirable la manière dont (le gouvernement italien) rend aux Italiens leur fierté » et salué sa « politique dissuasive » en matière d’immigration, qui a lancé un « signal extrêmement clair à ceux qui sont les complices des passeurs ».

Marine Le Pen a qualifié de « gravement irresponsables » les propos du président français Emmanuel Macron, qui avait dénoncé mardi le « cynisme » et « l’irresponsabilité » de l’Italie. « C’est une manière indigne » de « traiter les nations (…) souveraines », selon elle. Rome a exigé des excuses de Paris après les propos du chef de l’Etat jugés « inadmissibles ». Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a néanmoins maintenant sa rencontre vendredi à Paris avec Emmanuel Macron.

>> Lire aussi : Sur le dossier Aquarius, Macron appelle à ne pas « céder à l'émotion »

>> Lire aussi: Les explications du gouvernement pour ne pas accueillir l'Aquarius sont-elles crédibles?