EXCLUSIF. Réforme de la SNCF: «Faire grève contre une loi, en démocratie, c'est curieux», dit Edouard Philippe

INTERVIEW Le Premier ministre Edouard Philippe a répondu aux questions de «20 Minutes» après l'adoption définitive de la réforme de la SNCF par le Parlement ce jeudi...

Propos recueillis par Laure Cometti, Armelle Le Goff et Nicolas Raffin

— 

Edouard Philippe, dans son bureau à Matignon, le 14 juin 2018, lors d'une interview avec «20 Minutes».
Edouard Philippe, dans son bureau à Matignon, le 14 juin 2018, lors d'une interview avec «20 Minutes». — Jacques Witt / SIPA
  • Le Premier ministre revient auprès de « 20 Minutes » sur la réforme de la SNCF adoptée ce jeudi par le Parlement.
  • Edouard Philippe trouve « curieux » que les syndicats maintiennent l’appel à la grève alors que la loi a été votée.
  • Il a également maintenu la position de la France sur l’Aquarius, le navire à bord duquel plus de 600 migrants ont été sauvés en mer Méditerranée.

Après trois mois de débats et de grèves, la réforme du rail a été adoptée définitivement ce jeudi par le Parlement. Le gouvernement a réussi à faire approuver la transformation de la SNCF en société anonyme, le calendrier de l’ouverture à la concurrence des lignes de trains et la fin du recrutement au statut de cheminot.

Dans son bureau de Matignon, où il a reçu 20 Minutes ce jeudi, Edouard Philippe ne cache pas sa satisfaction d’avoir mené à bien ce chantier en respectant « la méthode et le calendrier » qu’il s’était fixé. Alors que l’intersyndicale appelle à poursuivre la grève, le Premier ministre estime qu’elle est dans la « surenchère » et risque de « ne plus être comprise du tout » par les Français.

La réforme de la SNCF a été adoptée définitivement par l’Assemblée et le Sénat. Que va-t-elle changer pour les Français ?

Elle va permettre à la SNCF, et donc aux trains, de mieux fonctionner, et aux Français d’avoir une offre plus variée, moins chère, plus riche et de meilleure qualité en matière de services ferroviaires. Pourquoi cette réforme ? Parce qu’on constate, comme un très grand nombre de Français, que le service ferroviaire se dégrade depuis longtemps. Sauf sur les très grandes lignes TGV, de métropole à métropole, où le service est de très bonne qualité mais cher.

Nous voulons améliorer le service avec l’ouverture à la concurrence, la transformation de la SNCF, et la fin du recrutement au statut. La discussion a été complète et très riche à l’Assemblée nationale et au Sénat. 80 % des députés et 70 % des sénateurs l’ont approuvée, bien au-delà de notre majorité, c’est énorme. J’en suis fier. Nous avons fait exactement ce que nous avions dit, avec la méthode et dans le calendrier que nous nous étions fixés.

Vous parlez d’un service « moins cher » grâce à l’ouverture à la concurrence. Cela veut dire que le prix des billets n’augmentera pas ?

Nous avons regardé le modèle allemand. Pas parce qu’il est allemand, mais parce qu’il nous semble proche de la réalité française. Sur beaucoup de trajets, le prix des billets a diminué, ça dépend des lignes. Mais je ne suis pas là pour faire l’offre commerciale de toutes les entreprises qui vont être en concurrence dans le système ferroviaire.

En Angleterre, l’ouverture à la concurrence a entraîné une hausse du prix des billets de train…

Il peut y avoir des hausses de prix sur certaines lignes, mais le plus souvent, il y a des baisses. Ce qui m’intéresse, c’est l’élargissement de l’offre ferroviaire. Plus d’offres locales, plus d’offres de services, avec des gammes de prix plus diverses et davantage de petits prix.

Edouard Philippe, dans son bureau à Matignon, le 14 juin 2018, lors d'une interview avec «20 Minutes».
Edouard Philippe, dans son bureau à Matignon, le 14 juin 2018, lors d'une interview avec «20 Minutes». - Jacques Witt / SIPA

Sur l’offre, pensez-vous que l’Etat a offert assez de garanties pour l’avenir des petites lignes, qui va incomber aux régions ?

Il serait absurde d’imaginer que l’État, que le Premier ministre dans son bureau à Paris, puisse savoir quelle petite ligne est indispensable et quelle autre doit être, le cas échéant, fermée. Ces réflexions doivent venir du terrain. C’est une discussion entre les entreprises ferroviaires, qui exploitent des lignes, et les régions, qui définissent des plans de mobilité.

Pour les lignes inter-régionales, il peut y avoir des sujets spécifiques à traiter entre les régions, les entreprises et l’État. C’est comme ça que ça se passera, dans une approche très pragmatique et proche du territoire.

Le gouvernement a rencontré plusieurs fois les syndicats de la SNCF. Pourtant, le texte n’a pas évolué sur les points de discorde, alors que l’entreprise a connu sa grève la plus longue depuis 30 ans. Est-ce qu’aujourd’hui faire grève sert à quelque chose ?

Nous avons été fermes sur les grands objectifs, mais cela n’a pas empêché le texte d’évoluer. On est passé d’un projet d’ordonnances à une loi définitive. C’est une grande différence. Sur toute une série de dispositions relatives aux garanties des cheminots, on a ouvert la porte à la discussion avec les organisations syndicales. Certaines ont saisi l’opportunité – la CFDT et l’Unsa – et un certain nombre de leurs demandes ont été prises en compte. Donc le texte a été enrichi.

L’intersyndicale a appelé à poursuivre la grève jusqu’au 28 juin. Déplorez-vous cette annonce ?

Il y a le bac qui arrive. Il y a les vacances qui arrivent. Et il y a des Français qui ont envie de prendre le train sans galérer après cette longue grève. Je pense que ceux qui sont dans une forme de surenchère, alors que la loi a été votée, risquent de ne plus être compris du tout par les Français.

Qu’est-ce que vous ferez si la grève se poursuit ?

La grève est un droit constitutionnel. Il n’est pas question d’interdire à quiconque le droit de faire grève. Mais faire grève, c’est aussi prendre ses responsabilités. Quand la loi est votée, elle doit être appliquée. Faire grève contre une loi, dans une démocratie, c’est curieux.

Surtout quand le gouvernement, l’Etat, et donc les Français, s’engagent à payer 35 milliards d’euros de dette supplémentaire pour permettre à l’entreprise de mieux fonctionner et de se développer. Il y a un moment où il faut entendre ce que les Français ont à dire. Et les Français aimeraient que cette grève se termine.

L’État va reprendre 35 milliards d’euros de dette. Gérald Darmanin a dit que cela n’entraînera pas de hausse d’impôts, ni de nouvel impôt. Vous le confirmez ?

Oui.

Va-t-il donc falloir trouver 35 milliards d’euros d’économies supplémentaires ?

Non. La dette sera remboursée, progressivement, selon un calendrier spécifique. La dette n’est pas remboursable en une année, cela se fera sur des dizaines d’années. Nous l’intégrons dans le programme de remboursement de l’Etat. Bien entendu, cela aura un impact sur les comptes de l’État. Le déficit de la SNCF peut, dans la phase de transition, s’imputer sur le déficit de l’État. Et donc créer, 0,1 ou 0,2 point de déficit supplémentaire. Raison de plus pour que la SNCF revienne vite à l’équilibre.

Gilles Boyer, conseiller du Premier ministre, et Edouard Philippe, à Matignon, le 14 juin 2018.
Gilles Boyer, conseiller du Premier ministre, et Edouard Philippe, à Matignon, le 14 juin 2018. - Jacques Witt / SIPA

Pourquoi la France ne s’est-elle pas proposée pour accueillir l’Aquarius après le refus de l’Italie ?

C’est à l’Italie qu’il incombait d’accueillir ce bateau. Elle a délibérément décidé de ne pas le faire, en méconnaissance de ses obligations internationales. Le droit international maritime prévoit que c’est à l’Etat dont les côtes sont les plus proches d’offrir un port sûr à un bateau accueillant des personnes en situation de détresse.

Je ne méconnais pas les difficultés que rencontre l’Italie, liées à l’afflux de migrants. C’est une problématique à laquelle l’Europe entière a essayé de trouver des réponses qui sont à l’évidence insuffisantes.

J’entends ceux qui disent que nous aurions dû accueillir l’Aquarius, mais en l’occurrence l’Espagne l’a fait. Nous avons proposé notre aide aux Espagnols et nous allons continuer à travailler à des solutions durables, notamment en aidant les pays d’origine des migrants et en stabilisant la situation en Libye.

Et si l’Espagne n’avait pas accueilli le bateau ?

Je ne me place pas dans cette hypothèse. Sur l’Aquarius, l’Italie a engagé un bras de fer avec les Européens. Nous ne voulons pas faire monter les enchères.

Sur l’immigration et l’asile, l’écologie et les aides sociales, on entend de plus en plus les voix divergentes au sein de votre majorité. Peut-elle tenir pendant tout le quinquennat ?

Oui, car elle est cimentée par la philosophie et les engagements portés par le président de la République. Même si elle est faite d’hommes et de femmes qui viennent d’horizons politiques et professionnels différents, il y a une volonté commune d’être à la hauteur de ces engagements. C’est un sentiment extrêmement fort au sein de la majorité parlementaire.

Il y a des expressions, des sensibilités, des interrogations et c’est sain. Si elles n’existaient pas, vous diriez que c’est une majorité de «godillots». Elle est soudée et va mettre en œuvre les engagements du président de la République, je n’ai aucun doute là-dessus.

Un concert du rappeur Médine, prévu en octobre au Bataclan, est au cœur d’une polémique. Le ministre de l’Intérieur n’a pas exclu une interdiction. Y êtes-vous favorable ?

Il y a beaucoup de questionnements sur la liberté d’expression. C’est normal, on vit une période marquée par des tragédies et des menaces. Le Bataclan ne sera plus jamais une salle comme les autres.

On a le droit d’être choqué par des textes, des prises de position, des provocations. Il m’arrive aussi d’être choqué. Mais la seule façon de régler ces questions de liberté d’expression, d’émotion, de colère, c’est la loi. Et elle prévoit, s’agissant de concerts, ou de caricatures, des conditions très précises pour l’interdiction. Et de telles interdictions sont très rares.

Trois économistes ayant participé au programme d’Emmanuel Macron ont récemment critiqué la politique sociale mise en œuvre par le gouvernement. Est-ce que vous assumez de mener une politique de droite ?

Je suis là pour mettre en œuvre les engagements du Président, pas pour faire une politique de droite ou de gauche, ou dire si je suis de droite ou de gauche. D’ailleurs, sur le fond, ces économistes disent que le problème est moins dans l’équilibre des mesures que dans l’équilibre des incarnations.

En matière de politique sociale, nous voulons, au nom de la justice sociale, savoir si les aides distribuées sont efficaces. Si c’est le cas, très bien, pourquoi les changer ? Si ce n’est pas le cas, quelle honte de ne rien changer !

Par exemple, 40 % des bénéficiaires du RSA ne bénéficient d’aucun accompagnement vers l’activité : on voit bien que ça ne marche pas ! Sur la santé, le reste à charge est absolument considérable pour les lunettes, les soins dentaires ou les prothèses. Ça n’a choqué personne pendant bien longtemps. Moi, ça me choque car l’accès à ces soins pour nos concitoyens, notamment les plus modestes, est un sujet majeur. Et nous allons régler ce problème, en mettant en place le reste à charge zéro dans ces trois domaines.

>> A lire aussi : Grève à la SNCF: L'intersyndicale unie appelle à poursuivre le mouvement et à se mobiliser le 28 juin

>> A lire aussi : Tensions avec l'Italie: «L'heure est au travail collectif» affirme Emmanuel Macron

>> A lire aussi : Marlène Schiappa cite Karl Marx dans un tweet et s'attire les foudres de certains internautes