Plan anti-pauvreté: Ce qu'Emmanuel Macron devrait annoncer au Congrès de Versailles

SOCIAL Ce plan est censé permettre au chef de l’Etat de corriger son étiquette de « président des riches »…

H. B.

— 

Le président de la République Emmanuel Macron.
Le président de la République Emmanuel Macron. — LUDOVIC MARIN / AFP

Critiqué pour sa politique sociale, Emmanuel Macron s’apprête à présenter son plan anti-pauvreté. Le JDD​ a dévoilé ce dimanche les premières mesures de ce plan qui devrait être présenté par le chef de l’État début juillet devant le Congrès à Versailles.

« Il reste quelques grands arbitrages mais l’essentiel est prêt », a confié un proche du président à l’hebdomadaire. Ce plan devrait ainsi permettre à Emmanuel Macron de corriger son étiquette de « président des riches » et mettre fin au débat sur une hypothétique baisse des aides sociales.

Le « versement social unique ». Les différentes aides sociales seront versées en une seule fois dès 2019. Les modes de calcul de certaines prestations devraient en plus évoluer, « afin de rapprocher la période où les revenus sont pris en compte du versement effectif de l’aide », rapporte le JDD. Objectif : réaliser « un milliard d’euros d’économies » en supprimant les prestations versées à tort.

L’automatisation du versement des minima sociaux. Parmi les mesures déjà arbitrées figure l’automatisation du versement des minima sociaux, afin de s’assurer que tous les foyers qui peuvent y prétendre en bénéficient réellement. Pour cela, le gouvernement instaurera un système de « bonus-malus » pour les administrations versant ces aides, selon la députée LREM Aurore Bergé. Le JDD indique en outre que l’exécutif envisage l’idée d’une « aide sociale unique », une sorte de « revenu de base ».

Accès universel aux crèches. Si la mesure n’est pas encore entérinée, le président pourrait rendre obligatoire l’accès aux modes d’accueil ( crèches, haltes-garderies, structures multi-accueil…), de la naissance à 3 ans, assure le JDD. Là encore, un système de bonus-malus pourrait être mis en place pour les crèches, « en fonction du nombre d’enfants pauvres accueillis », explique l’hebdomadaire.

Une aide à la formation pour les jeunes. Pour les jeunes, le gouvernement souhaiterait allonger la période de formation - et non de scolarisation - obligatoire jusqu’à 18 ans, et tester des dispositifs de garantie de ressources « sous conditions ».

Petit-déjeuner gratuit à l’école. Emmanuel Macron devrait également annoncer la mise en place d’ un petit-déjeuner gratuit dans certaines écoles, voire certains collèges, ainsi que des tarifs progressifs dans les cantines scolaires.