Paris: Gaspard Gantzer, l'ex-conseiller de Hollande, lance le mouvement «Parisiennes, Parisiens»

ASSOCIATION « Nous sommes plusieurs à avoir décidé de créer une association, qui est un mouvement et qui a vocation à débattre de la vie quotidienne des Parisiens et de l’avenir de la capitale », a-t-il expliqué…

H. B. avec AFP

— 

Gaspard Gantzer, l'ancien chef de communication de François Hollande.
Gaspard Gantzer, l'ancien chef de communication de François Hollande. — WITT/SIPA

Est-ce le coup d’envoi de sa candidature à la mairie de Paris en 2020 ? L’ex-conseiller en communication de l’Elysée Gaspard Gantzer a lancé samedi « avec un groupe de Parisiens de tous horizons », un mouvement baptisé « Parisiennes, Parisiens ». « Nous sommes plusieurs à avoir décidé de créer une association, qui est un mouvement et qui a vocation à débattre de la vie quotidienne des Parisiens et de l’avenir de la capitale », a-t-il expliqué.

Interrogé sur le fait qu’il s’agissait du coup d’envoi de sa candidature à l’élection municipale parisienne, comme le dit Le Monde qui a révélé l’information, l’ancien communicant de François Hollande a démenti.

« Parisiennes, Parisiens », « une figure imposée » des discours de Bertrand Delanoë

« Tout ce qu’il y a, c’est le lancement d’un mouvement par un groupe de Parisiens de tous horizons, des commerçants, des artisans, des militants associatifs, des demandeurs d’emploi, des étudiants, des avocats, des fonctionnaires, etc.. », a déclaré Gaspard Gantzer.

Selon Le Monde, l’expression « Parisiennes, Parisiens » était « une figure imposée des discours de l’ancien maire de Paris Bertrand Delanoë, dont Gaspard Gantzer fut le porte-parole, lorsqu’il s’adressait à ses administrés ou parlait d’eux ».

Ce mouvement est lancé alors que la maire PS de Paris Anne Hidalgo est critiquée sur plusieurs dossiers sensibles, de l’hébergement de migrants aux services Velib' ou Autolib' en passant par la propreté. Anne Hidalgo est notamment en butte à des critiques du porte-parole du gouvernement et élu parisien Benjamin Griveaux, à qui on prête des ambitions municipales.