Emmanuel Macron a un plan pour ne plus être perçu comme le président des riches

ECONOMIE Selon une note confidentielle, révélée par «Le Monde», adressée au président de la République, trois économistes jugent que la politique du gouvernement est «déséquilibrée»...

Benjamin Chapon
— 
Emmanuel Macron à Montréal le 7 juin 2018
Emmanuel Macron à Montréal le 7 juin 2018 — Jacques Witt/SIPA

Emmanuel Macron écoutera-t-il cet avis qu’il a lui-même sollicité ? Selon une note confidentielle, révélée par Le Monde, trois économistes proches du président de la République, lui suggèrent de rééquilibrer son action politique pour envoyer un « message social ». Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry, qui ont participé à l’élaboration du programme du candidat Macron, ont été mandatés par le président pour réaliser ce bilan de son action après que Philippe Aghion a déclaré dans la presse que le macronisme se transformait en « néo-giscardisme ».

Dans leurs conclusions, les économistes marcheurs stigmatisent « un pouvoir indifférent à la question sociale » et des décisions gouvernementales « déséquilibrées ». S’ils saluent quelques mesures comme le dédoublement des classes de CP dans les quartiers défavorisés, selon eux, le compte n’y est pas. Par exemple pour ce qui concerne la réforme de l’assurance-chômage. Les signataires de la note regrettent également que les rares mesures sociales soient portées par des ministres « étiquetés à droite ». Selon eux, « le message social peine à trouver une voix forte à l’intérieur du gouvernement. » Il manquerait une figure de gauche dans l’équipe d’Edouard Philippe.

Taxer les grosses successions

« Le thème de la lutte contre les inégalités d’accès, qui était constitutif de l’identité politique du candidat, est occulté », remarquent Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry, qui formulent une crainte de répercussions politiques : « Beaucoup des soutiens du candidat expriment la crainte d’un recentrage à droite motivé par la tentation d’occuper le terrain politique laissé en friche par un parti Les Républicains en crise. »

Appelés à formuler des propositions pour qu’Emmanuel Macron se débarrasse de son étiquette de « président des riches », les économistes proposent notamment « une taxation plus lourde des très grosses successions ». Contactée par Le Monde, l’Elysée confirme avoir reçu la note mais précise qu’elle ne « présage en rien la politique du gouvernement ».