Laurent Wauquiez ne veut pas d'alliance avec LREM pour les Municipales de 2020

TAMBOUILLE Le délégué général de La République en marche, Christophe Castaner, avait fait des déclarations dans ce sens...

B.C. avec AFP

— 

Laurent Wauquiez, patron des Républicains, le 23 novembre 2017 à Arcachon.
Laurent Wauquiez, patron des Républicains, le 23 novembre 2017 à Arcachon. — UGO AMEZ/SIPA

Le président des Républicains (LR) Laurent Wauquiez  a rejeté toute idée d’alliances avec La République en marche (LREM) pour les élections municipales de 2020, après les déclarations en ce sens du délégué général de LREM Christophe Castaner. « C’est hors de question », a déclaré Laurent Wauquiez lors d’un Facebook live, à l’occasion d’un week-end de mobilisation dans les fédérations LR.

« Je n’aime pas ces petites alliances, ces petites tambouilles où on s’entend sur le dos des Français, des électeurs, pour surtout se partager le pouvoir. C’est toute la comédie que je déteste. Et je pense que ce qui a tué les Républicains, c’est qu’au fond on a fini par se définir en fonction du Front national, en fonction des socialistes, en fonction d’En Marche », a poursuivi le président d’Auvergne-Rhône-Alpes, où des élus centristes siègent au sein de sa majorité.

« Moi, je porte nos couleurs. Et donc je veux qu’on ait des candidats partout », a insisté le patron de LR.

La majorité ouverte aux Républicains

Lundi, Christophe Castaner avait confirmé que le parti présidentiel pourrait soutenir des candidats LR ou PS. Avec un parti créé en 2016 et aujourd’hui majoritaire à l’Assemblée, mais qui n’a encore jamais concouru à des scrutins locaux, la question des municipales agite déjà la classe politique.

La droite se divise entre franche opposition à Emmanuel Macron pour le parti dirigé par Laurent Wauquiez, et bienveillance pour des élus LR ou ex-LR, notamment au sein de La France audacieuse, mouvement initié par le maire de Nice Christian Estrosi. Membre de ce mouvement, et ouvertement disposé à une alliance avec LREM, le maire LR de Toulouse Jean-Luc Moudenc a reçu cette semaine le Premier ministre Edouard Philippe (ex-LR).

Pas de tambouille ? Vraiment ?

Selon le JDD, Laurent Wauquiez a récemment déclaré en interne : « On aura des candidats LR partout, mais on ne se mêlera pas de la composition des listes », sous-entendu de l’éventuelle présence de « Marcheurs ». « Nous investirons des têtes de listes qui sont loyales à notre formation politique. Ensuite à chaque tête de liste, en fonction du terrain, de sa sensibilité, des projets qu’elle porte, d’ouvrir et d’élargir », avait explicité le vice-président du parti, Guillaume Peltier.

Selon les statuts du parti, les comités départementaux sont compétents pour attribuer les investitures aux municipales dans les communes de moins de 30.000 habitants, sauf chefs-lieux de département. Pour les autres, la compétence revient à la Commission nationale d’investiture.