VIDEO. Assemblée nationale: «Les censeurs, bonsoir!», Jean Lassalle quitte l'hémicycle en colère

SOIREE MOUVEMENTEE Le député s’est plaint d’être considéré comme un « sous-député » et a accusé l'Assemblée de censure...

L.Br.

— 

Jean Lassalle à l'Assemblée nationale, le 19 décembre 2017.
Jean Lassalle à l'Assemblée nationale, le 19 décembre 2017. — PDN/SIPA

La scène a diverti les députés. Jean Lassalle s’est emporté mercredi soir à l’Assemblée, faisant tonner sa voix dans tout l’hémicycle. Le député des Pyrénées-Atlantiques a fini par quitter la salle.

C’est ce qui s’appelle une grosse colère. La scène a eu lieu lors de vifs débats sur la loi solidarité et renouvellement urbains (SRU) – qui impose aux communes de plus de 3500 habitants (1500 en Ile-de-France) de disposer de 20 % de logements sociaux d’ici à 2025. Jean Lassalle a alors souhaité prendre la parole. Sauf qu’il est « non-inscrit » à l’Assemblée.

Un temps de parole limité

Il ne dispose donc pas d’un important temps de parole. Le député s’est plaint d’être considéré comme un « sous-député », rappelle Franceinfo. « C’est une honte », a-t-il crié dans le palais Bourbon. Tandis qu’il continuait à hurler sa colère et gesticuler (sans micro), la présidente de séance, Carole Bureau-Bonnard, a essayé de temporiser en rappelant le règlement. « Vous faites partie des non-inscrits, il n’y a plus de temps de parole », explique-t-elle.

« Ce qui est honteux, c’est ce que vous êtes en train de faire monsieur Lassalle », a-t-elle ajouté, face à un Lassalle vociférant. « Vous n’avez pas à vous lever et à hurler dans l’Assemblée », lui a-t-elle encore lancé. Très énervé, Jean Lassalle a fini par quitter l’hémicycle en criant : « Mesdames et Messieurs les censeurs, bonsoir ! »

 

>> A lire aussi : Avec Jean Lassalle, la politique devient plus LOL

>> A lire aussi : On est partis à la chasse aux parrainages avec Jean Lassalle

>> A lire aussi : Accusé d’agression sexuelle, Jean Lassalle s’excuse