Les Patriotes: Le vice-président et cofondateur du parti démissionne

DEPART Engagé en politique depuis 2009, Maxime Thiébaut se dit « fier d’avoir participé au développement des idées souverainistes »…

20 Minutes avec AFP

— 

Le premier congres des Patriotes s'est tenu à Arras le 18 fevrier 2018
Le premier congres des Patriotes s'est tenu à Arras le 18 fevrier 2018 — ALCALAY SARAH/SIPA

Il quitte le navire. Maxime Thiébaut, vice-président et cofondateur des Patriotes avec l’ancien bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, a annoncé ce mardi son départ du jeune parti pour se lancer dans le conseil auprès d’élus et d’institutions.

« J’ai pris la décision d’arrêter la politique pour des raisons professionnelles. Cela signifie que je démissionne de la formation "Les Patriotes" et que je n’ai plus d’appartenance partisane », écrit l’ancien numéro deux dans un communiqué.

« Pas en désaccord » avec Florian Philippot

Engagé en politique depuis 2009, Maxime Thiébaut se dit « fier d’avoir participé au développement des idées souverainistes », d’abord aux côtés de Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, dont il fut le directeur de cabinet pendant la campagne présidentielle de 2017, puis aux Patriotes pour défendre une sortie de la France de l’euro (Frexit).

L’ancien militant âgé de 27 ans assure qu’il n’est « pas en désaccord » avec Florian Philippot, à qui il souhaite de « réussir les élections européennes de 2019 » et que son programme « mérite d’être connu des Français car il est solide, équilibré ».

Selon lui, les élections européennes aboutiront à « un nouveau paysage politique qui appellera tous les patriotes à s’accorder pour constituer une force réelle face au président Macron en 2022 », lors de la prochaine présidentielle.

Le jeune doctorant en droit public et en sciences politiques juge pour l’heure « dommage que Debout la France et le Rassemblement national ne parviennent pas à s’entendre alors qu’ils partagent exactement le même programme ». La présidente du RN Marine Le Pen a proposé jeudi à Nicolas Dupont-Aignan de figurer aux deux dernières places d’une liste commune DLF-RN pour les européennes. Le président de DLR a pour l’heure refusé cette proposition.

Maxime Thiébaut considère que les Patriotes, une formation née en septembre, et l’UPR, petit parti souverainiste dirigé par François Asselineau, « pourraient eux aussi s’associer ».

>> A lire aussi : Geneviève de Fontenay n'apparaîtra plus aux côtés de Florian Philippot