L'Elysée songe à la création d'une marque «Présidence de la République»

GOODIES Le but ? Dégager de nouveaux revenus pour financer les travaux du palais présidentiel…

Clémence Apetogbor

— 

Emmanuel Macron à l'Elysée
Emmanuel Macron à l'Elysée — LUDOVIC MARIN / AFP

Le palais présidentiel va-t-il bientôt donner naissance à une marque ? La Lettre A a indiqué ce mardi que le directeur de cabinet de l’Élysée Patrick Strzoda avait déposé fin mai une nouvelle marque à l’INPI baptisée « Elysée - Présidence de la République ».

Cette dernière pourrait donner naissance à plusieurs produits dérivés aux couleurs de l’Elysée. Dans quel but ? Obtenir de nouveaux revenus.

De nouveaux revenus pour rénover le palais

Le palais présidentiel entend donner une licence exclusive à un partenaire afin de « réfléchir à une stratégie marketing avec des produits adaptés, une distribution élargie et la recherche d’une plus grande visibilité », souligne la Lettre A. Une boutique devrait voir le jour d’ici au 15 septembre, poursuit la Lettre A, alors que l’appel d’offres doit s’achever le 2 juillet.

Toutefois, la présidence, contactée par le HuffingtonPost, n’a pas confirmé la création d’une boutique. « Tout l’enjeu est justement de déterminer quelle est la meilleure stratégie pour décliner et distribuer la marque Elysée-Présidence de la République. Si l’ouverture d’une boutique en ligne est bien une option, nous en avons beaucoup d’autres en stock. »

Porte-clefs, cravates et autres goodies estampillés Elysée pourraient être distribués dans les « institutions culturelles », des « boutiques souvenirs » ou une « boutique éphémère lors des événements organisés par la Présidence de la République », indique la Lettre A.

De son côté, l’Elysée souligne que « l’intégralité des nouvelles ressources dégagées participera au financement de la rénovation des locaux de la présidence ».

Et le temps presse. Le palais de l’Elysée, classé au patrimoine historique, est vétuste et nécessite quelques travaux dont le prix est de 100 millions d’euros sur sept ans.

>> A lire aussi : Des enfants privés par l'Elysée de la visite du palais présidentiel