Laïcité: Marlène Schiappa veut-elle interdire la messe à la télévision et autoriser le voile à l’école?

FAKE OFF La secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes est mise en accusation pour des propos tenus en 2014 et 2016...

Samba Doucouré

— 

Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes.
Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes. — UGO AMEZ/SIPA
  • Le blog de droite «La gauche m’a tuer» accuse Marlène Schiappa de vouloir interdire les émissions religieuses sur le service public.
  • Marlène Schiappa se défend en affirmant qu’elle rendait compte de débats pour la Fondation Jean Jaurès.
  • La secrétaire d’Etat est également accusée d’être favorable au port du voile à l’école.
  • Mais elle prend en réalité seulement la défense des mamans voilées qui veulent accompagner les sorties scolaires.

Le blog politique La gauche m'a tuer, déjà épinglé à plusieurs reprises pour avoir diffusé de fausses informations, a tenté de raviver une polémique autour de Marlène Schiappa et sa conception de la laïcité.

Dans un article publié le 19 mai, Pierre-Alain Depauw affirme qu’elle appartient à « ce clan d’ayatollahs de la laïcité qui déteste le catholicisme mais ouvre les portes à l’islam ». Il s’appuie pour cela sur l'entretien vidéo Laïcité, religions et féminisme, posté par la Fondation Jean Jaurès en septembre 2016, ainsi que sur une tribune intitulée Non, cher Manuel Valls, les quartiers populaires ne sont pas antisémites, publiée en 2014 dans le HuffPost.

FAKE OFF

Dans la vidéo de la Fondation Jean Jaurès, celle qui était alors adjointe au maire du Mans et présidente de l’association Maman travaille, déclare : « Les infractions à la loi de 1905 sont très nombreuses, on pourrait en citer quelques-unes : (…) sur la télé publique financée presque totalement par l’argent public (…), sur France Télévisions, sont diffusées régulièrement des messes et un certain nombre d’émissions et cérémonies religieuses (…). Ces programmes religieux sont présentés comme faisant partie de l’accès à la connaissance de la religion. Ce n’est pas de la connaissance de la religion, c’est de la théologie, c’est la promotion finalement du fait religieux. »

Un compte rendu de débats

En juin 2017, mise au cause par Alain Finkielkraut, Marlène Schiappa a fait une mise au point lors d'une entrevue accordée au journal La Croix. L’académicien avait déclaré avoir « souffert le martyre » en entendant la secrétaire d’Etat s’exprimer sur la laïcité dans la vidéo. « Je n’ai jamais demandé l’interdiction du Jour du Seigneur à la télévision, je n’ai d’ailleurs pas vocation à exprimer la position du gouvernement sur cette question », explique alors Schiappa.

« Dans la vidéo en question, de la Fondation Jean Jaurès, je faisais le compte rendu oral de débats auxquels ont participé plusieurs intervenants dont l’ancienne députée Catherine Coutelle, la ministre de la famille d’alors Laurence Rossignol, l’écrivaine Martine Storti ou encore la journaliste Valérie Toranian », ajoute-t-elle.

Joint par l'AFP, le cabinet de la secrétaire d’Etat s’en tient encore aujourd’hui à la même explication : « [Marlène Schiappa] s’exprimait alors comme citoyenne élue et présidente d’association dans un débat à la fondation Jean Jaurès pour laquelle elle est experte droits des femmes. Elle exprime désormais forcément une ligne gouvernementale au-delà de toute sensibilité ou appartenance. Or, le gouvernement n’entend pas du tout intervenir sur la programmation de France télévision à cet égard. »

Marlène Schiappa est-elle favorable au voile ?

Quant à sa sa seconde accusation -la secrétaire d’Etat se montre favorable au voile à l’école-, Pierre-Alain Depauw cite un passage de la tribune Non, cher Manuel Valls, les quartiers populaires ne sont pas antisémites où Marlène Schiappa souligne qu'« interdire aux femmes voilées d’accompagner les sorties scolaires de leurs enfants relève ni plus ni moins de l’islamophobie ».

Elle précisait dans le même texte que « l’obligation de neutralité religieuse s’applique d’après la loi de 1905 aux fonctionnaires, représentants de l’Etat, pas aux parents d’élèves qui ne représentent qu’eux-mêmes ».

« Je suis absolument pour l’application de la loi en vigueur sur le port du voile à l’école. Il n’est pas envisageable que des collégiennes ou lycéennes portent le voile au sein de l’école », précisait la membre du gouvernement, interrogée par Elle Magazine en juin 2017. Selon elle, « on ne doit pas interdire aux mamans qui portent le voile à la sortie de l’école ou lors d’une sortie scolaire de le faire », car « cela empêcherait beaucoup de mères d’assister aux réunions parents-profs ou de s’investir comme parents d’élèves ».

Récemment, Marlène Schiappa a été amenée à réagir à la polémique autour du voile de Maryam Pougetoux, présidente de la section Paris IV de l’UNEF. Elle a affirmé « comprendre qu’il y ait une forme d’interpellation car l’UNEF est censé être un syndicat étudiant progressiste, féministe alors que le voile, c’est la preuve de l’emprise de la religion (…) j’y vois une forme de promotion de l’islam politique ».

 

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Réagissez dans les commentaires ou envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.