Grand Est: Une vice-présidente de la région accusée de favoritisme envers la start-up de son ami

DEONTOLOGIE Dans son numéro de ce mercredi, « Le Canard Enchaîné » épingle Lilla Merabet, vice-présidente de la région Grand Est pour un possible conflit d’intérêts envers la start-up de son compagnon…

B.P.

— 

Une vice-présidente de la région Grand Est depuis 2016 est épinglée par le Canard Enchaîné ce mercredi 30 juin. Illustration
Une vice-présidente de la région Grand Est depuis 2016 est épinglée par le Canard Enchaîné ce mercredi 30 juin. Illustration — G Varela / 20 Minutes

Vous ne connaissez pas Lilla Merabet ? Pourtant, cette vice-présidente de la région Grand Est a les honneurs du Canard Enchaîné, en page 4, ce mercredi. Créatrice d’une branche alsacienne de l’association Unis-Cité et rentrée en politique en 2010, elle est désormais accusée de favoritisme et de conflit d’intérêts par l’hebdomadaire.

Chargée de la compétitivité, du numérique et de la filière d’excellence à la région, Lilla Merabet préside à ce titre le Semia, l’incubateur de start-up de l’université de Strasbourg. Une structure qui a soutenu une jeune société spécialisée dans les rayons X nommée Fibermetrix et dirigée par… son compagnon, selon le palmipède.

Le déontologue saisi par la région

Par ailleurs, l’entreprise a aussi bénéficié de 600.000 euros d’investissement de Capital Grand Est, société de gestion en capital investissement… où Lilla Merabet siège. « Je ne connais pas toutes les start-up que nous subventionnons », répond au Canard cette membre de la majorité dans l’hémicycle régional (et ex-UDI passée LREM).

Lilla Merabet est vice-présidente de la région Grand Est chargée de l'innovation et de la recherche.
Lilla Merabet est vice-présidente de la région Grand Est chargée de l'innovation et de la recherche. - Capture d'écran / région Grand Est.

Selon son entourage aux Dernières Nouvelles d'Alsace, le président de la région Grand Est Jean Rottner a saisi le déontologue afin d’auditionner la vice-présidente d’ici la fin de la semaine. Après une rencontre avec Lilla Merabet organisée dès ce lundi. Par un communiqué, le groupe Socialiste, républicain et citoyen a réagi mardi soir :

La présidente de Semia ne connaît pas toutes les start-up que cet incubateur soutient : c’est pour le moins irresponsable et preuve d’une très mauvaise présidence… »

Ils poursuivent : « C’est là sans doute les nouvelles pratiques des élu.e.s de l’exécutif régional et du Nouveau Monde macroniste. Les élu.e.s socialistes saisissent demandent au président de la région de prendre toutes les mesures qui s’imposent dans ce qui s’apparente à une “affaire”. »