Front national: Marion Maréchal prépare-t-elle son retour en politique?

POLITIQUE L'ancienne députée FN prendra la parole lors d’une conférence organisée par le magazine conservateur «L’Incorrect» jeudi soir...

Thibaut Le Gal

— 

Marion Maréchal dans la lumière.
Marion Maréchal dans la lumière. — Jacquelyn Martin/AP/SIPA
  • Marion Maréchal prendra la parole lors d’une conférence organisée par le magazine conservateur L’Incorrect jeudi soir.
  • L'ancienne députée FN est de nouveau présente dans les médias.
  • Ce retour médiatique peut-il faire de l'ombre à Marine Le Pen?

Marion Maréchal n’est plus une Le Pen. L’ancienne députée frontiste a fait de l’abandon du nom de son grand-père un symbole : « J’acte mon retour à la vie civile en reprenant ce nom qui n’est plus le nom politique qui était le mien, disait-elle la semaine dernière à Télé Lyon Métropole. Aujourd’hui je suis sortie de la vie politique et j’ai envie de mener à bien cette carrière dans le privé ».

Officiellement, celle qui reste encartée au Front ne veut plus en entendre parler. Mais la petite-fille du « Menhir » reste très active. Pour le lancement de son école de sciences politiques, Marion Maréchal sortait de l’ombre avec deux entretiens, une première depuis son retrait. Elle s’exprimera de nouveau jeudi soir pour faire la peau à mai 68 lors d’une conférence organisée par le magazine conservateur L’Incorrect.

« Je suis également fidèle à ce que j’ai toujours défendu durant mon mandat : le combat culturel, métapolitique. Transmettre la culture, le savoir, nos valeurs civilisationnelles ne peut se faire uniquement par le biais électoral mais peut, et doit, aussi se faire par des engagements concrets au sein de la société civile », expliquait l’intéressée lors d’un entretien à Boulevard Voltaire, l’ancien site de Robert Ménard.

« Commencer par le culturel pour aller ensuite vers le politique »

« Elle fait exactement ce qu’il faut faire pour réaliser l’union des droites : commencer par le culturel pour aller ensuite vers le politique. Elle a compris qu’il n’y aura jamais d’accord entre les états-majors de partis », se félicite Paul-Marie Coûteaux, partisan historique de ce rapprochement. « L’unité politique sera plus facile quand on aura défini un corpus idéologique commun, qui touche autant les électeurs de Ménard, Le Pen ou Dupont-Aignan. Et quand cette culture commune pourra, 50 ans après mai 68, se substituer enfin à l’hégémonie de gauche », espère le souverainiste, aujourd’hui fâché avec la patronne du FN.

« Marion Maréchal a raison en pointant la faiblesse idéologique des droites conservatrices et libérales françaises, analyse Jean-Yves Camus, spécialiste de l’extrême droite. Cette stratégie métapolitique a déjà été tentée par la Nouvelle droite dans les années 1970. Il en est certes resté un certain nombre de thèmes marquants- l’inégalité, le différentialisme, l’identité- mais à un moment, il faut bien qu’il y ait des débouchées politiques ».

Marion Maréchal préparerait-elle déjà son retour ?

 « Je lui déconseillerai de sortir du bois avant la prochaine présidentielle, au plus tôt. Mais sa tante risque d’être de nouveau candidate… Qu’elle reste éloignée, mystérieuse, et on sera nombreux à se polariser autour d’elle », avance Paul-Marie Coûteaux.

« Ceux qui pensent qu’ils vont pouvoir opposer Marion et Marine vont être déçus »

Ce retour médiatique fait de l’ombre à Marine Le Pen. Le changement de nom du parti, officialisé vendredi, pourrait d’ailleurs être parasité par l’intervention de sa nièce la veille au soir. « On rame dans le même sens », balaie Sébastien Chenu, député frontiste du Nord. « Tout ce qui concourt à faire avancer l’idée nationale est bon pour nous. Ceux qui pensent qu’ils vont pouvoir opposer Marion et Marine vont être déçus. La première mène un combat d’idées, la seconde un combat électoral, c’est complémentaire ».

Les deux femmes se heurtent aujourd’hui à un même problème, la résistance des digues entre les deux droites, avance Jean-Yves Camus : « Marion Maréchal a réuni des intellectuels autour d’elle mais comme sa tante, elle n’a pas réussi à attirer des transfuges de la droite traditionnelle ». C’est d’ailleurs avec un petit sourire que l’intéressée a convié Laurent Wauquiez et d’autres élus LR au sein de sa future école. « S’ils ont des choses intéressantes à dire… »