Les comptes de campagne de Marine Le Pen épinglés par la commission nationale

PRESIDENTIELLE Les comptes de campagne de la candidate du Front national font l’objet de la plus grosse rectification de la commission de vérification…

L.Br.

— 

Marine Le Pen à Paris, le 23 mai 2018.
Marine Le Pen à Paris, le 23 mai 2018. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Après Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon, c’est au tour des comptes de campagne de Marine Le Pen d’être passés au crible. La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) a relevé des dépenses qui ont fait l’objet d’importantes rectifications, révèle Le Parisien jeudi.

La présidente du Front national aurait-elle mené une campagne au-dessus de ses moyens ? Le Parisien a pu consulter les comptes de campagne de Marine Le Pen. S’ils ont été validés par la Commission nationale des comptes de campagne, ils font aussi l’objet d’une importante rectification : plus de 870.000 euros de frais ne lui seront pas remboursés.

Parmi les dépenses qui coincent, il y a les 190.000 euros de sondages, que le Front national déclarait pourtant dépourvus d’intérêt. Marine Le Pen y a testé son image chez différentes catégories de population. Elle a également évalué ses mesures phares comme la sortie de l’euro ou l’abandon du mariage pour tous. Verdict d’un des sondages ? « Faire oublier l’héritage du père » et « la sortie de l’Euro »

79.000 euros de taxis

Le Front national a misé gros sur le marketing pendant la campagne : le logo de la candidate, une rose bleu marine, n’a pas été fait par un membre du Front national, comme le disaient les proches de Marine Le Pen à l’époque. Il s’agit bien d’une commande qui a coûté 50.000 euros. Que dire des quatre millions de tracts « L’heure du choix », imprimés pour 154.680 euros, qui « semble excéder les prix moyens du marché de trois fois », selon la Commission.

Plus cocasse : les 10.000 pin’s de l’entre-deux-tours ont été produits en Chine, malgré la promotion du « made in France » par la candidate. La commission s’est également interrogée sur l’utilité d’un voyage au Tchad pour 128 950 €, pour lequel le parti a fait affréter deux jets privés, un Falcon 900 et un Gulfstream.

La commission a également tiqué sur les 78.903 euros de frais de taxis pendant l’année de campagne. Des déplacements à l’intérieur de Paris, pour transporter Louis Aliot, Nicolas Bay, mais surtout Florian Philippot, qui a pris le taxi 194 fois en un mois. Les comptes de Marine Le Pen ont toutefois été validés par la commission. La candidate a été remboursée à hauteur de 11.542.991 euros.

>> A lire aussi : Comptes de campagne. Fillon et Hamon n’ont pas bénéficié des ristournes consenties à Macron

>> A lire aussi : Comptes de campagne de Macron. La Commission nationale juge les ristournes accordées au candidat « acceptables »