VIDEO Cannes: Marine Le Pen délocalise l’hommage du FN à Jeanne d’Arc et salue les actions antimigrants des Identitaires

FRONT NATIONAL La présidente du parti est venue «démarrer la séquence fondamentale des européennes»...

Fabien Binacchi et Mathilde Frénois

— 

Marine Le Pen et Steeve Bribois, le 1er mai 2018 à Cannes
Marine Le Pen et Steeve Bribois, le 1er mai 2018 à Cannes — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • La présidente du Front national a célébré Jeanne d’Arc sur un square en bord de mer, à Cannes.
  • Cet hommage délocalisé est « une nouveauté parce que nous démarrons une séquence fondamentale des [élections] européennes », a-t-elle déclaré.
  • Elle doit ensuite rencontrer les représentants des partis politiques d’Europe « des nations et des libertés » à Nice.

Face à la Méditerranée, Nicole attend « Marine » de pied ferme. « C’est bien qu’elle fasse ça loin de son père. Ça permet de continuer à marquer la différence, de donner une autre image », glisse cette Cannoise, dans le square en bord de mer où une centaine de personnes s’est réunie ce mardi matin.

En même temps qu’elle lançait sa campagne des Européennes, la présidente du Front national a ainsi célébré Jeanne d’Arc devant une statue érigée près de la Croisette, pendant que Jean-Marie Le Pen était, lui, place des Pyramides à Paris.

« Une séquence fondamentale »

Marine Le Pen a tenu à « respecter la tradition » à distance « parce que nous avions cette invitation des partis politiques d’Europe des nations et des libertés à Nice », a-t-elle expliqué après avoir déposé une gerbe adressée « A Jeanne pour la France ».

Cet hommage délocalisé, une première pour le Front national, est « une nouveauté parce que nous démarrons une séquence fondamentale des [élections] européennes (…) Pour la première fois, nous avons la possibilité d’avoir une majorité d’Eurosceptiques au Parlement [européen]. »

Les militants de Générations Identitaires n’ont « pas commis de délit »

Marine Le Pen a également salué les actions anti-migrants menées dans les Alpes voisines par le mouvement radical Génération Identitaire. « C’était une belle opération de communication (et) quelque part il faut au moins leur rendre cet hommage », expique-t-elle. Les militants de Génération Identitaire « ont forcé l’ensemble de l’hémicycle de l’Assemblée nationale à réclamer, y compris sur les bancs de la gauche, que ce soit la police qui protège nos frontières. Eh bien je suis heureuse de ce revirement », ajoute-t-elle.

Elle estime qu’ils n’avaient « pas commis de délit ». « En revanche, les groupuscules d’extrême gauche qui font passer des migrants clandestins en France, eux, commettent un délit et on attend que la fermeté de l’Etat s’applique », ajoute Marine Le Pen.

« La possibilité d’avoir une majorité d’Eurosceptiques »

Dans l’après-midi, Marine Le Pen doit notamment réunir au palais Acropolis de Nice le secrétaire général du FPÖ autrichien, Harald Vilimsky, le chef du Parti pour la liberté néerlandais (PVV) Geert Wilders, et l’ancien dirigeant du Vlaams Belang belge, actuel président du MENL, Gerolf Annemans, ainsi que les dirigeants du KNP (Pologne), SPD (République tchèque), Volya (Bulgarie) et Nea Dexia (Grèce).

Le chef de la Ligue italienne Matteo Salvini, victorieux dans son pays aux législatives mais retenu par des tractations gouvernementales, transmettra un message vidéo.

Des rassemblements « contre l’extrême-droite » à Nice

Dans la capitale azuréenne, le traditionnel défilé du 1er-mai, ce mardi matin, avait un double objectif : la lutte sociale et l’opposition au Front national. « Ici, le FN montre son vrai visage : il s’allie à tout ce que l’on fait de pire en Europe, des gens qui tiennent des propos sexistes, racistes, homophobes », a estimé David Nakache, fondateur du collectif Tous Citoyens !, dans le cortège aux rangs (très) clairsemés.

Après ce défilé sur la promenade des Anglais, les anti-FN se rassembleront à 13h, place Garibaldi, à quelques centaines de mètres du lieu de rendez-vous donné par Marine Le Pen, pour un « concert-meeting contre l’extrême-droite ».