Paris: Pierre Laurent et Olivier Besancenot en meeting place de la République ce lundi soir

MOBILISATION Les chefs de file du PCF et du NPA inviteront à la tribune des étudiants, cheminots, personnels hospitaliers en grève depuis plusieurs semaines...

20 Minutes avec AFP

— 

Olivier Besancenot et Pierre Laurent manifestent en soutien aux cheminots grévistes le 5 avril 2018 à Woincourt.
Olivier Besancenot et Pierre Laurent manifestent en soutien aux cheminots grévistes le 5 avril 2018 à Woincourt. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Un « meeting unitaire en soutien aux luttes sociales », réunissant notamment Pierre Laurent et Olivier Besancenot, se tiendra lundi soir place de la République à Paris, en prélude à une semaine riche en mobilisations.

Benoît Hamon n’assistera pas à ce meeting contrairement à ce qu’indiquait un communiqué du PCF jeudi, a précisé son entourage. L’eurodéputé Guillaume Balas (Générations) le représentera.

Un soutien aux divers mouvements sociaux

Étudiants, cheminots, personnels hospitaliers, salariés des Ehpad, de La Poste ou de Carrefour, s’exprimeront aux côtés des chefs de file du PCF et du NPA, mais aussi de représentants d’EELV, de Nouvelle Donne, de Générations, d’Ensemble, du groupe de députés LFI, de République et socialisme et de la Gauche démocratique et sociale, précise un communiqué du PCF.

Toutes ces organisations ont multiplié ces derniers temps les initiatives communes en soutien au mouvement social.

Multiples mobilisations à venir

Les uns et les autres se retrouveront le lendemain pour le traditionnel défilé du 1er mai ; puis le 3 aux côtés des cheminots ou des enseignants et lycéens ; et enfin le 5 mai pour la manifestation « la fête à Macron », dont le député LFI François Ruffin avait lancé l’idée lors d’un rassemblement à la Bourse du Travail le 4 avril.

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure avait assuré le 16 avril sur France Inter qu’il serait le 1er mai dans la rue, mais pas le 5. « Je ne veux pas donner le sentiment que nous sommes là pour récupérer un mouvement qui n’est pas à nous », avait-il expliqué.

>> A lire aussi : Le soutien des Français au mouvement social continue de fléchir, selon un sondage