François Hollande fait le plein de lecteurs pour son tour de France des librairies

POLITIQUE Publié dans un premier temps à 70.000 exemplaires, l’ouvrage de 400 pages rencontre le succès...

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande lors d'une séance de dédicaces à Tulle, le 14 avril 2018.
François Hollande lors d'une séance de dédicaces à Tulle, le 14 avril 2018. — GEORGES GOBET / AFP

L’ancien président à la rencontre de ses él… lecteurs. François Hollande fait depuis deux semaines le tour des librairies françaises pour dédicacer son livre Les leçons du pouvoir, retrouvant avec un plaisir non dissimulé ses anciens électeurs.

Publié dans un premier temps à 70.000 exemplaires, l’ouvrage de 400 pages rencontre le succès en librairie. « Ça démarre très fort ! Le livre de François Hollande Les leçons du pouvoir réimprimé deux fois depuis sa parution hier : déjà 90.000 exemplaires. Numéro 1 des ventes sur Amazon », s’est félicité le 12 avril sur Twitter son éditeur, Stock.

Lors des séances de dédicace, les files de lecteurs s’allongent. « C’est très stimulant », se félicite François Hollande, interrogé lundi par la presse à son arrivée à la librairie Galignani à Paris. A Rennes, « ça a duré jusqu’à minuit », se réjouit-il. Ce tour de France lui rappelle-t-il l’ambiance des campagnes électorales ? « Oui, il y a ce côté-là (…) Ca me manquait et ça manquait à d’autres. Je crois que c’était bien qu’on puisse se rencontrer à cette occasion », dit l’ancien chef de l’État, dont l’interview sur France 2 il y a deux semaines a reçu au contraire un accueil plus mitigé.

 

« La comparaison [avec Macron] revient beaucoup »

A Paris, les lecteurs qui défilent sont acquis à sa cause. Beaucoup ont été prévenus de l’événement via les réseaux hollandais, Répondre à gauche ou D12. Avec tous, François Hollande échange un mot, s’efforçant de personnaliser chaque dédicace. Le premier à se présenter, Philippe, est un ancien policier. « Vous avez fait beaucoup pour les effectifs de la police (…) Vous avez fait ce qu’il fallait », salue-t-il.

Jack souligne à quel point la période que François Hollande a dû affronter était « difficile ». « C’est une période très particulière qui a été bien gérée. Parfois, il y eu des points sur lesquels je n’étais pas d’accord, c’est évident. Mais ceci dit, par comparaison, en ce moment, il y en a plus », dit-il dans un sourire. « Les attentats reviennent beaucoup, et la comparaison », commente pour la presse François Hollande.

« Je suis sûr qu’avec ces "leçons du pouvoir", nous repartirons vers d’autres victoires »

Michel regrette qu’il n’ait pas « posé un acte d’autorité » vis-à-vis des frondeurs. L’ancien président, qui les avait accusés en décembre sur RTL d’avoir été un « coup d’épée dans le dos », approuve. « J’espère que la leçon a été tirée. Qu’on puisse avoir des débats, des sensibilités différentes, ça fait partie de l’honneur de la gauche. Mais il y a des règles. La première règle, c’est la cohésion et c’est la loyauté ».

Parmi les visiteurs, certains sont inattendus, tels Nadjet Boubekeur, ancienne petite main de la campagne de Hollande en 2012, devenue collaboratrice à l’Élysée, puis attachée de presse de Benoît Hamon pendant sa campagne en 2017. Comme aux autres, François Hollande lui écrit un petit mot : « je suis sûr qu’avec ces "leçons du pouvoir", nous repartirons vers d’autres victoires ».