Parcoursup: Les étudiants pourront finalement être recalés, selon une fiche transmise au ministère

ETUDES SUPERIEURES Le ministère souhaite que cette situation reste rare, et déclare tout faire « pour [que cela] n’arrive pas »…

L.Br.

— 

Frédérique Vidal dans la cour de l'Elysée, le 11 avril 2018.
Frédérique Vidal dans la cour de l'Elysée, le 11 avril 2018. — LUDOVIC MARIN / AFP

Les jeunes inscrits sur la plateforme Parcoursup pourraient finalement recevoir des « notifications de décision négative », contrairement à ce qu’avait affirmé La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal. La ministre avait assuré qu’aucun élève ne recevrait de réponse négative.

Frédérique Vidal aurait-elle menti ? C’est la question que pose le journal Libération après la révélation d’une fiche technique par l’agence de presse AEF, affirmant le contraire. Dans cette note, il est écrit que les élèves « en attente » à la fin du processus, le 6 septembre, pourront recevoir une « notification de décision négative induite par l’examen des candidatures ».

Les candidats qui n’ont obtenu aucun de leurs vœux seront « informés qu’il n’a pu être donné une suite favorable à leur candidature compte tenu du nombre de places disponibles dans la formation et de leur rang de classement parmi les candidats retenus ».

Une situation hypothétique, selon le ministère

La ministre de l’Enseignement supérieur avait pourtant certifié, le 17 mars dernier, qu’aucun candidat ne recevrait un « non » sur la plateforme de vœux post-bac. Libération lui avait demandé si une place pour chaque élève serait mise à disposition : « Oui », avait-elle répondu. « C’est l’objectif que l’on poursuit. Nous travaillons tous les jours pour ça. »

Le ministère a réagi ce dimanche, et reconnu que la mention « en attente » pourrait se transformer en « non » à partir du 6 septembre, en raison de « l’impossibilité matérielle à la fin de la procédure d’accueillir tous les étudiants en attente. » Avant d’insister : « Il s’agit juste d’anticiper une situation qui va peut-être arriver, même si on fait tout pour qu’elle n’arrive pas. »

>> A lire aussi : Fronde contre Parcoursup. Pourquoi les lycéens ne se mobilisent pas?

>> A lire aussi : Parcoursup. Une experte de l'orientation répond aux questions des internautes

>> A lire aussi : Parcoursup. «Je n’ai toujours pas compris le fonctionnement de la plateforme et ça me stresse»