VIDEO. Quand Jacques Toubon s’énerve contre des élus LREM

HAUSSEMENT DE TON Des députés ont dénoncé la « vision caricaturale » du défenseur des droits…

C. Ape.

— 

Le défenseur des droits Jacques Toubon
Le défenseur des droits Jacques Toubon — LUDOVIC MARIN / AFP

Echange musclé entre le défenseur des droits et les députés de la majorité.

Ce mercredi Jacques Toubon a élevé la voix face aux remarques de députés La République en marche avant la présentation du projet de loi Asile et immigration en commission des lois.

« Il n’y a pas de caricature à proclamer les droits fondamentaux »

Revenant sur le texte, l’élu LREM de Saône-et-Loire, Rémy Rebeyrotte, a déclaré : « je peux comprendre cette avalanche de visions négatives mais à ce point-là, il n’y aurait pas quand même à rééquilibrer un peu la vision ? » demandant à Jacques Toubon « d’avoir une vision un peu moins caricaturale ».

Des propos qui ont provoqué la colère de ce dernier qui s’est empressé de répondre : « il n’y a pas de caricature à proclamer les droits fondamentaux. Si les droits fondamentaux sont caricaturaux, à ce moment-là, il y a un problème ! »

Coralie Dubost, élue dans l’Hérault, s’est dit surprise que soient « mis en opposition le principe de réalité et les droits fondamentaux ». Ce à quoi Jacques Toubon a répondu que « les droits fondamentaux ne peuvent pas être relatifs. En termes de droit inconditionnel à l’hébergement, ce n’est pas une bonne approche de dire : "non, ce droit n’est pas inconditionnel, nous allons l’adapter au nombre de places qui existent dans le département" ».

« Le fait de ne pas sélectionner les gens qui seront dans les centres d’hébergement, ce n’est pas abstrait, c’est la vie la plus concrète, a lancé Jacques Toubon. C’est de savoir si je passe la nuit dans la rue ou au chaud. Excusez-moi de vous le dire comme ça ! »