Grève à la SNCF: Elisabeth Borne répond aux syndicats qui dénoncent une concertation inutile

MOBILISATION « Je ne dirai jamais qu’une négociation est inutile (…) Je pense vraiment que la bonne voie, c’est le dialogue social », a déclaré Elisabeth Borne…

Clémence Apetogbor
— 
Elisabeth Borne répond aux syndicats de la SNCF qui qualifient la concertation de
Elisabeth Borne répond aux syndicats de la SNCF qui qualifient la concertation de — VILLARD/SIPA

La ministre chargée des Transports, Elisabeth Borne, a répondu ce vendredi matin aux syndicats de la SNCF qui ont affirmé à l’issue de six heures de réunion que la concertation avec le ministère était «une mascarade».

A l’issue de cette première réunion depuis le lancement de la grève de deux jours sur cinq contre la réforme du rail, les syndicats ont promis de nouveau une grève longue. « Je ne dirai jamais qu’une négociation est inutile (…) Je pense vraiment que la bonne voie, c’est le dialogue social », a déclaré Elisabeth Borne au micro de franceinfo.

Des garanties données aux cheminots

« Que la CGT me dise que c’est long et inutile, effectivement (puisqu') elle est contre l’ouverture à la concurrence par principe, souligne la ministre. Quand on en parle pendant deux heures (d’un sujet qui n’intéresse pas) je comprends que ça soit pénible. Mais les cheminots veulent savoir commet ça va se passer pour eux », a affirmé Elisabeth Borne. Les cheminots « vont garder l’essentiel des garanties du statut : la retraite, la garantie de l’emploi, la rémunération, les facilités de circulation, ce n’est pas rien », a affirmé la ministre.


« C’est plus utile pour défendre les cheminots de passer des journées à discuter que d’appeler à une grève qui va pénaliser les usagers », a déploré la ministre alors que les syndicats ont annoncé vouloir durcir le mouvement.

Une nouvelle réunion aura lieu ce vendredi après-midi au ministère et se penchera sur les droits sociaux des cheminots.