VIDEO. Soupçons de financement libyen: Deuxième jour de garde à vue pour Nicolas Sarkozy

JUSTICE L’ex-président de la République est arrivé peu avant 8h dans les locaux de l’office anticorruption à Nanterre près de Paris…

H. B. avec AFP

— 

L'ancien président Nicolas Sarkozy.
L'ancien président Nicolas Sarkozy. — ERIC FEFERBERG / POOL / AFP

La garde à vue de l’ancien chef de l’Etat Nicolas Sarkozy a repris ce mercredi matin, dans l’enquête sur des soupçons de financement par la Libye de Mouammar Kadhafi de sa campagne présidentielle de 2007, a-t-on appris de sources proches du dossier.

L’ex-président de la République est arrivé peu avant 8h dans les locaux de l’office anticorruption à Nanterre près de Paris. Mardi, son audition débutée dans la matinée avait été interrompue vers minuit. Il a quitté les locaux de l’institution accompagné de deux escortes.

L’ex-chef de l’Etat autorisé à rentrer chez lui

L’ancien président a été autorisé à rentrer chez lui pour la nuit avant son retour mercredi matin à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), à Nanterre. Selon  BFMTV, il s’agit d’une mesure rare, accordée à certaines personnalités.

>> A lire aussi : Comment l’affaire du financement libyen a mené Nicolas Sarkozy en garde à vue

Cette nouvelle étape marque un coup d’accélérateur dans ce dossier, instruit par des magistrats du pôle financier depuis 2013. Les juges s’intéressent à des flux financiers impliquant des protagonistes liés au régime de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi. D’anciens dignitaires de Tripoli et l’intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine ont évoqué la thèse de versements au profit de la campagne de Nicolas Sarkozy. D’autres responsables de ce pays les ont démentis et l’ancien chef de l’État a toujours rejeté ces accusations.