Hamon appelle Mélenchon à abandonner sa «stratégie solitaire»

POLITIQUE Pour l'ancien candidat à la présidentielle, il doit y avoir unité politique à gauche...

20 Minutes avec AFP
— 
Benoît Hamon, leader du mouvement du 1er juillet
Benoît Hamon, leader du mouvement du 1er juillet — CHAMUSSY/SIPA

« Ce qui est en jeu dépasse nos petites personnes », estime Benoît Hamon. L’ancien candidat à l’élection présidentielle appelle Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise à abandonner leur « stratégie solitaire », notamment pour défendre le service public, dans un entretien au Journal du Dimanche.

L’ex-socialiste et fondateur du mouvement Générations, qui sera dans la rue jeudi avec les cheminots et les fonctionnaires, dit avoir « discuté avec les écologistes, avec Noël Mamère, Pierre Laurent ou Olivier Besancenot ».

« Il y a unité syndicale, il doit y avoir unité politique à gauche. Ce qui est en jeu dépasse nos petites personnes. C’est le service public : son avenir ou sa fin. J’appelle donc les dirigeants de La France insoumise à mettre entre parenthèses leur stratégie solitaire pour ajouter leur force à la mobilisation unitaire », souligne Benoît Hamon.

« Je ne suis pas dans une logique de débauchage »

Visant toujours Jean-Luc Mélenchon, il assure qu’il ne « fait pas partie de ceux qui pensent que la reconquête des classes populaires passe par l’abandon de l’Europe ». « Nous sommes d’accord sur le constat. L’Union européenne est mal gouvernée. Mais nous avons un désaccord stratégique car LFI envisage sérieusement une sortie de la France de l’euro et de l’Union européenne. C’est une erreur majeure », juge Benoît Hamon.

Interrogé sur la victoire d’Olivier Faure lors de l’élection au poste de premier secrétaire du Parti socialiste, il « lui souhaite bonne chance » et « espère qu’il mettra tous les socialistes dans la rue le 22 mars pour la défense du service public ».

Demande-t-il désormais à l’aile gauche du PS de le rejoindre ? « Je ne suis pas dans une logique de débauchage. J’ai connu ça pendant l’élection présidentielle », souligne-t-il tout en appelant « tous les citoyens en quête de justice et de tempérance, d’égalité et de bienveillance à rejoindre » Générations.