Olivier Faure, un homme de consensus à la tête d'un PS moribond

PORTRAIT Retour sur un homme de consensus peu connu du grand public...

L.B. avec AFP

— 

Le socialiste Olivier Faure le 8 juin 2016
Le socialiste Olivier Faure le 8 juin 2016 — JOEL SAGET / AFP

Flegmatique et homme de consensus, Olivier Faure, appelé à devenir le premier secrétaire du PS, se pose en « rassembleur » et en rénovateur « du sol au plafond » d’un parti moribond. Agé de 49 ans, le président du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée, qui était donné favori avec son projet « Socialistes, le chemin de la renaissance », est un professionnel de la politique. Retour sur ce député peu connu du grand public.

>> A lire aussi : Triche, favori, participation... Trois choses à savoir sur l'élection à la présidence du Parti socialiste

Il a adhéré au PS dès l’âge de 17 ans, en commençant par militer chez les Jeunes Rocardiens. Il a ensuite travaillé aux côtés successivement de Martine Aubry, François Hollande et Jean-Marc Ayrault, et vécu dans sa jeunesse en colocation avec… Benoît Hamon. Lors du précédent quinquennat, entre « frondeurs » et légitimistes, le député de Seine-et-Marne a tenté à plusieurs reprises de recoudre les morceaux d’une majorité déchirée, que ce soit sur la déchéance de nationalité ou la loi travail.

« L’homme d’une aventure collective »

Ce rôle d’équilibriste lui a valu d’être élu président du groupe à l’Assemblée à la fin du quinquennat, grâce au soutien de l’aile gauche. Il a conservé la fonction après l’élection d’Emmanuel Macron, pris cette fois entre une aile compréhensive vis-à-vis du président de la République et une autre qui lui est franchement hostile, dans un groupe qui a peiné à trouver sa place.

Au cours de la campagne interne, l’élu à la voix grave et posée, qui goûte les apartés avec les médias, s’est présenté comme « l’homme d’une aventure collective » et « un enfant de la République et de ce parti ». Le PS l’a « tiré vers le haut », alors qu’il a confié récemment être « né dans une famille d’extrême droite ».

Pour bâtir un nouveau projet du PS qu’il refuse de voir « mort ou en sursis », Olivier Faure veut « remettre les compteurs à zéro » au Congrès d’Aubervilliers, les 7 et 8 avril et s’appuyer sur militants et sympathisants pour trancher les débats internes.

Homme politique et auteur d’une bande dessinée

Né le 18 août 1968 à La Tronche (Isère), ce juriste de formation, diplômé en droit et en Sciences politiques, est le fils d’un fonctionnaire du Trésor public et d’une mère infirmière vietnamienne. Il a commencé sa vie professionnelle à l’Assemblée, comme collaborateur du président de la commission des Lois. Après avoir été l’un des dirigeants d’une PME de haute technologie, il devient en 1997, et jusqu’en 2000, conseiller de Martine Aubry au ministère de l’Emploi.

Il rejoint ensuite François Hollande, premier secrétaire du PS, comme directeur adjoint de son cabinet de 2000 à 2007. En novembre de cette année-là, il devient secrétaire général du groupe socialiste à l’Assemblée, présidé alors par Jean-Marc Ayrault. En juin 2012, il est élu pour la première fois député, après une tentative infructueuse en 2007.

Père de quatre enfants, il est membre de la commission de la Défense. Il est aussi l’auteur d’une bande dessinée Ségo, François, papa et moi, parue en 2007.