Nicolas Sarkozy, le retraité hyperactif de la politique

HYPERACTIF L’ancien président Nicolas Sarkozy, qui avait annoncé se mettre en retrait de la politique après son échec à la primaire de 2016, multiplie les interventions…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Nicolas Sarkozy au Parc des Princes le 24 janvier 2018
Nicolas Sarkozy au Parc des Princes le 24 janvier 2018 — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA
  • Nicolas Sarkozy, ancien président, a annoncé se mettre en retrait de la politique au soir de sa défaite à la primaire de la droite en novembre 2016.
  • Depuis plusieurs mois, l’ancien chef d’Etat multiplie les interventions.
  • Cette hyperactivité n’est pas dénuée d’arrière-pensées, selon plusieurs sources.

« Au revoir à tous » et « bonne chance à la France ». Ces mots, prononcés par Nicolas Sarkozy le soir de son élimination au premier tour de la primaire de la droite en novembre 2016, n’ont plus rien d’actualité. Depuis plusieurs mois, l’ancien chef d’Etat multiplie les interventions. Il est à Lyon ce mercredi pour rencontrer Laurent Wauquiez, président des Républicains (LR). Et se rend à Tourcoing jeudi remettre la légion d’honneur au maire et voir le ministre Gérald Darmanin, son ancien porte-parole. Nicolas Sarkozy serait-il un retraité de la politique, tout occupé à ses conférences rémunérées ? Tout faux…

>> A lire aussi: Après son échec à la primaire à droite, que va faire Nicolas Sarkozy?

A Lyon, l’atmosphère légère n’est pas garantie pour la rencontre avec Laurent Wauquiez, son successeur à la tête du parti Les Républicains (LR). Dans un enregistrement réalisé à son insu, il affirmait devant des étudiants que Nicolas Sarkozy faisait écouter ses ministres « pour pomper tous les mails, tous les textos, et vérifier ce que chacun de ses ministres disait ». Après la diffusion de cet enregistrement sur TMC, l’entourage de Nicolas Sarkozy avait formellement démenti ces accusations. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes avait, lui, adressé ses excuses à Nicolas Sarkozy.

Rencontres, interventions et télés

« Nicolas Sarkozy se tient au courant de ce qui se passe dans le parti. Il est en lien avec Laurent Wauquiez. Et il a aussi des informations par Brice Hortefeux (ami de longue date du président et actuel conseiller auprès de Laurent Wauquiez) », confie un membre de l’équipe actuelle. Un lien direct qu’entretient également l’ancien patron de la droite avec… Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France et concurrente de Laurent Wauquiez. Les deux se sont vus en tête-à-tête le 8 mars.

>>A lire aussi: Nicolas Sarkozy en roue libre sur les «grands leaders» lors d’une conférence à Abu Dhabi

Outre le parti, l’homme continue ses conférences à travers le monde durant lesquelles il expose sa vision du monde. Le 3 mars à Abu Dhabi (Emirats arabes unis), il y expliquait qu’« aujourd’hui, les grands leaders du monde sont issus de pays qui ne sont pas de grandes démocraties. » Des Emirats où Nicolas Sarkozy retourne vendredi, à l’occasion d’une conférence sur l’éducation.

« Il apprécie d’être un sage »

« Je ferai une vie avec plus de passions privées, et moins de passions publiques » avait dit Nicolas Sarkozy au soir de sa défaite face à François Fillon et Alain Juppé. Moins de 18 mois plus tard, les « passions publiques » l’ont finalement repris. L’ancien président est intervenu au Sénat au sujet de la révision constitutionnelle de 2008, et a multiplié les émissions télévisées : il a parlé football sur la chaîne l’Equipe en janvier, puis a évoqué ses lectures sur Public Sénat avant d’intervenir sur France 5 en tant que parrain de la campagne « Guérir le cancer de l’enfant au XXIe siècle ».

>> A lire aussi: Nicolas Sarkozy s'exprime... et délivre ses conseils à Macron

Ces intérêts multiples seraient, selon un membre de la direction de LR, pas totalement désintéressés… « Nicolas Sarkozy pense toujours à la possibilité, même petite, qu’on pourrait le rappeler un jour si cela ne passe pas bien avec Laurent Wauquiez ». Redevenir chef de la droite et pourquoi pas un jour revenir vers l’Elysée ? « Quand on a été président et qu’on est Nicolas Sarkozy, on n’abandonne jamais cette petite idée », affirme-t-on. Un jugement que nuance un ancien soutien : « Non, il ne reviendra pas en politique. Mais il apprécie d’être un sage pour sa famille politique et de donner des conseils », glisse ce parlementaire.