Législative partielle en Haute-Garonne: Le PS (largement en tête) et LREM se qualifient pour le second tour

POLITIQUE Le socialiste Joël Aviragnet, qui sort largement en tête, et le macroniste Michel Montsarrat s’affronteront le 18 mars au second tour de la législative partielle dans la 8e circonscription de la Haute-Garonne…

Helene Menal

— 

A 28%, comme prévu la participation a été très faible ce dimanche en Haute-Garonne.
A 28%, comme prévu la participation a été très faible ce dimanche en Haute-Garonne. — M.Libert/20 Minutes

On prend les mêmes et on recommence, mais pas tout à fait dans le même ordre. Avec 38,74 % des voix, le sortant socialiste Joël Aviragnet  est arrivé largement en tête du premier tour de la législative partielle qui avait lieu ce dimanche dans la 8e circonscription de la Haute-Garonne, au sud de Toulouse. Le 18 mars, il affrontera le candidat macroniste Michel Montsarrat, qui se qualifie avec 20,31 % des suffrages alors que l’ex-rugbyman avait dominé le 1er tour de la tête et des épaules en juin 2017 (33,4 %).

La droite dans les choux

La France insoumise, qui avait envoyé tous ses ténors dans le Comminges et rêvait d’un second tour, stagne à 13,02 %. Le FN est à 11,73 % et Les Républicains sont dans les choux à 4,94 %.

Au printemps dernier, Joël Aviragnet l’avait emporté de 91 petites voix au second tour, sauvant l’honneur du PS dans l’un de ses fiefs au moment du tsunami En Marche. Mais, notamment parce qu’il manquait une liste d’émargement, le conseil constitutionnel avait invalidé son élection.

>> A lire aussi : Haute-Garonne: Pourquoi la législative partielle de dimanche est si importante (surtout pour le PS et En Marche)

Obligé de remettre son mandat en jeu, le sortant fait plus que doubler son score et va aborder, contrairement à la dernière fois, le second tour en favori. Il a fait en partie campagne sur le thème du monde rural, grand oublié du gouvernement. Et, malgré une très faible participation (35 %), le thème semble avoir mobilisé. S’il confirme, il regonflera sans doute le moral en berne des militants socialistes.

De son côté Michel Montsarrat, bien placé pour savoir que le favori ne l’emporte pas toujours dans cette circonscription, va probablement bénéficier, comme la semaine dernière avec la venue des ministres Gérard Collomb et Jean-Michel Blanquer, de la mobilisation de la Macronie tout entière. Pour le parti présidentiel, une nouvelle défaite à une partielle serait un mauvais signal.