L'ex-député LR Thierry Mariani plaide pour «un rapprochement» avec le FN

POLITIQUE L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy soutient que « le Front national a évolué » et que « sans alliés, nous allons rester dans l’opposition pour longtemps »...

20 Minutes avec AFP

— 

L'ex-député et ancien ministre Thierry Mariani.
L'ex-député et ancien ministre Thierry Mariani. — VASILY MAXIMOV AFP

Thierry Mariani, ex-ministre LR de Nicolas Sarkozy, plaide pour un « rapprochement » avec le Front national, dans une interview au Journal du dimanche, publiée alors que le parti de Marine Le Pen tient son congrès à Lille.

>> A lire aussi : Marine Le Pen «alone» au congrès du FN ?

Affirmant que Les Républicains « n’ont plus d’alliés » après le rapprochement des centristes avec Emmanuel Macron, « à quelques exceptions près », l’ex-député des Français de l’étranger, battu aux dernières législatives, interroge : « Peut-on arriver au pouvoir tout seuls ? Peut-on constituer une majorité sans alliés ? La réponse est non ».

« Si on veut des alliés, ils seront forcément de ce côté-là »

« Sans alliés, nous allons rester dans l’opposition pour longtemps. Il est temps de renverser la table. Le Front national a évolué. Regardons si un accord ou un rapprochement sont possibles », affirme celui dont le nom a été cité récemment par des responsables FN comme allié potentiel pour les élections européennes de 2019.

>> A lire aussi : «Mouvement national», «Rassemblement national»... Quel sera le nouveau nom du Front national?

« Si on veut des alliés, ils seront forcément de ce côté-là si on veut appliquer un programme de droite », poursuit Thierry Mariani. « On nous a très longtemps expliqué que tout rapprochement était impossible » avec le FN. « À l’époque de Jean-Marie Le Pen, c’était justifié. Aujourd’hui, ça l’est de moins en moins », insiste-t-il.

>> A lire aussi : Le «showman» et ultra-conservateur américain Steve Bannon galvanise les militants du Front national

« Pourquoi ne pourrait-on pas avoir au moins des discussions ? Le FN change de nom, ce qui est un signe. C’est le moment de réfléchir à autre chose », poursuit-il, alors que Marine Le Pen va proposer dimanche de rebaptiser le parti.

« Le programme du FN, c’est celui du RPR il y a vingt ans »

Il assure que « beaucoup de militants » LR font le même constat, mais observe que « ce débat reste à ce jour tabou ». S’il reconnaît au président du parti Laurent Wauquiez, qui exclut toute alliance avec le FN, d’avoir permis à la droite d'« à nouveau s’affirmer en tant que droite », il juge que « si nous restons dans le même canevas, nous sommes voués à l’échec ».

>> A lire aussi : Dupont-Aignan, Mariani, Myard, Poisson, Dhuicq... Quels alliés potentiels pour le FN aux Européennes?

« Il faut un accord entre tous ceux qui veulent qu’il y ait une politique différente en France, qui retrouve les valeurs de la nation. Le FN et Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan sont évidemment de ceux-là », martèle-t-il. Invité à dire ce qui différencie encore LR et le FN sur le fond, il cite « essentiellement le programme économique », observant qu'« en matière d’immigration, le programme du FN, c’est celui du RPR il y a vingt ans ».

En juin dernier, Thierry Mariani avait jugé qu’il était « trop tôt » pour une entente avec le Front national mais que des « discussions » seraient nécessaires si la droite voulait « revenir aux affaires ».