L'Inde, nouvelle terre de conquête pour Emmanuel Macron

DIPLOMATIE Entretiens avec le Premier ministre Narendra Modi, rencontre économique avec signatures d'accords puis échanges avec 200 jeunes Indiens venus de plusieurs régions au programme...

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre indien Narendra Modi et Emmanuel Macron à Paris en juin 2017
Le Premier ministre indien Narendra Modi et Emmanuel Macron à Paris en juin 2017 — Jacques Witt/SIPA

Après la Chine en janvier, le président Emmanuel Macron débute ce vendredi une visite d’Etat en Inde avec l’ambition de renforcer la présence française, encore limitée, dans le deuxième pays le plus peuplé au monde, notamment dans l’énergie, la défense et l’environnement.

Attendu vendredi en fin de journée à New Delhi avec son épouse Brigitte, le chef de l’Etat consacrera le samedi aux relations bilatérales : entretiens avec le Premier ministre Narendra Modi, rencontre économique avec signatures d’accords puis échanges avec 200 jeunes Indiens venus de plusieurs régions.

Des échanges franco-indiens qui partent de loin

Le dimanche sera dévolu au premier sommet de l’Alliance solaire internationale (Asi), une coalition issue de la COP21, portée par l’Inde et la France et destinée à promouvoir cette énergie renouvelable dans les pays en développement.

La visite se terminera lundi à Varanasi (Bénarès), la plus prestigieuse des villes saintes de l’hindouisme, sur les bords du Gange sacré.

>> A lire aussi : Justin Trudeau moqué pour ses choix vestimentaires lors d'une visite officielle en Inde

Partant de loin, les échanges franco-indien restent limités : l’Inde est le 18e client de la France et son 20e fournisseur. Ils sont équilibrés, avec un léger déficit pour Paris. Mais la tendance est à la hausse, avec un bond de 30 % des exportations françaises en 2017, selon l’Elysée.

Plusieurs succès dans le secteur de la défense

Les deux pays devraient signer un accord qui donnera un accès logistique aux navires indiens dans les bases françaises de l’océan Indien, une zone où New Delhi s’inquiète de l’implication grandissante de la Chine.

« Il y aura des annonces » de partenariats et de contrats, indique l’Elysée, sans les dévoiler. Dans le secteur de la défense, les Français ont obtenu plusieurs succès ces dernières années, dont la vente de 36 avions de chasse Rafale. Ils espèrent convaincre les Indiens - premiers importateurs d’armes mondiaux - d’acquérir des Rafale supplémentaires, des hélicoptères Panther d’Airbus, ainsi qu’une nouvelle série de sous-marins Scorpène.

Dans le nucléaire, Paris souhaite avancer sur la construction de six réacteurs nucléaires de nouvelle génération EPR, un projet qui est « en bonne voie », avait déclaré le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian en novembre à New Delhi.

Les entreprises françaises cherchent en outre à profiter des objectifs très ambitieux que s’est fixée l’Inde pour réduire fortement ses émissions de gaz à effet de serre. Accompagné de plusieurs chefs d’entreprise, dont de PME et de start up, Emmanuel Macron inaugurera ainsi lundi la grande centrale solaire de Mirzapur (75 megawatts) construite par Engie via sa filiale Solairedirect.