Cannes: A deux ans des élections municipales, David Lisnard doit-il craindre une vague LREM?

COTE D'AZUR Les maires viennent de boucler la première partie de leur mandat. A deux ans des élections municipales, «20 Minutes» se demande quelles sont les forces en présence à Cannes…

Fabien Binacchi et Mathilde Frénois

— 

Le maire de Cannes David Lisnard, le 14 mars 2014
Le maire de Cannes David Lisnard, le 14 mars 2014 — Jean-Christophe Magnenet AFP
  • Ancien premier adjoint de Bernard Brochand, David Lisnard lui a succédé en mars 2014 à la tête de la ville de Cannes.
  • Alors que le maire sortant reste encore discret sur ses intentions quant aux élections de 2020, La République en marche, elle, indique qu’elle prépare une liste.
  • Tout comme le Front national.

Les prochaines élections municipales, en 2020 ? Pour le maire LR de Cannes David Lisnard, il est encore « trop tôt » pour en parler. Mais même à deux ans de l’échéance, sa candidature semble plus que probable.

Dans la cité des festivals, où des chantiers qui courent sur plusieurs mandats ont été lancés, la question est plutôt à qui le sortant, confortablement élu avec 58,97 % des voix en 2014, serait opposé ?

>> A lire aussi : Municipales 2014, David Lisnard l'emporte très largement à Cannes

Pas à Philippe Tabarot en tout cas. Son principal adversaire d’il y a quatre ans ne siège plus au conseil municipal depuis octobre 2015. Il se concentre désormais sur le conseil régional dont il est le vice-président chargé des transports. La République en marche (LREM), en revanche, pourrait jouer les trouble-fêtes.

Un candidat LREM contre le maire sortant

« Nous sommes prêts à fonctionner avec toutes les bonnes volontés. Mais les déclarations du maire sortant ne nous laissent pas vraiment penser, au moins à cette heure, que nous pourrons travailler ensemble », glisse Enis Sliti, le référant départemental de LREM.

Vendredi encore, tout comme Eric Ciotti, David Lisnard boycottait la visite d’Edouard Philippe et de Gérard Collomp à Nice, dénoncant sur Facebook « la com gouvernementale » du Premier ministre et du ministre de l’Intérieur.

Le parti présidentiel, « proche » du mouvement AGIR (lancé par des élus LR « constructifs ») dans le bassin cannois, se prépare donc à présenter un de ses candidats face à David Lisnard. « Et la stratégie sera là même que partout en France, poursuit le responsable LREM. Nous allons nous ateler à construire un projet et ensuite à l’incarner. » Plusieurs personnalités seraient déjà en vue.

Le FN présentera une liste sans « aucun doute »

Avec la gauche et le Front de gauche, présents au premier tour en 2014, reste aussi le Front national, dont les élus ont démissionné les uns après les autres au sein du conseil municipal et qui apparaît affaibli à deux ans du scrutin.

« Mais il n’y a aucun doute, nous présenterons bien une liste à Cannes, répond Philippe Vardon, le vice-président du Front national Paca. Nous sommes en réorganisation. Un nouveau responsable local sera bientôt nommé. On a toujours fait des scores très honorables dans cette ville. Nous y incarnons la seule véritable opposition. »