Fin de vie: Un collectif de députés fait pression pour une nouvelle loi

SOCIETE L'essentiel des 156 députés est issue de la majorité...

C. Ape.

— 

Les députés à l'Assemblée nationale - Illustration
Les députés à l'Assemblée nationale - Illustration — PDN/SIPA

Un collectif de 156 députés, essentiellement issus de la majorité, appelle ce mercredi à mieux encadrer les droits et la liberté de mourir des personnes en fin de vie. Dans une tribune publiée par Le Monde, les élus demandent qu’un nouveau texte soit adopté « sans délai », alors que le gouvernement veut temporiser.

>> Fin de vie: Les médecins pourront décider d'arrêter les soins

« Si quelques progrès ont été enregistrés avec la loi Claeys-Leonetti (instaurant un droit à la sédation profonde et continue pour les malades en phase terminale), force est de constater que celle-ci n’a pas permis d’introduire d’innovations significatives », déplorent-ils.

Une prise de position massive

« Le choix de la personne doit pouvoir être respecté, quand il est libre, éclairé, soumis à nulle contrainte ou dépression, exprimé de façon réitérée, et que des médecins ont confirmé l’impasse thérapeutique », écrivent les députés, parmi lesquels Jean-Louis Touraine, Brigitte Bourguignon, Barbara Pompili, côté LREM, mais aussi Olivier Faure (PS) ou Yves Jégo (UDI).

>> La relaxe définitive de Jean Mercier peut-elle faire avancer la cause des pro-euthanasie ?

« Il convient de donner aux malades en fin de vie la libre disposition de leur corps et, c’est essentiel, de leur destin. C’est pourquoi nous, députés issus d’horizons différents, proposons de légiférer en ce sens au cours de l’année 2018 », indiquent les élus dans Le Monde, qui souligne que jamais jusqu’à présent les députés élus en juin 2017 n’avaient si massivement pris position en faveur d’une évolution de la législation.