Darmanin: La seconde plaignante affirme s'être «sentie obligée» d'avoir un rapport sexuel

ENQUETE Selon son témoignage publié par Mediapart, elle aurait sollicité celui qui était alors maire de Tourcoing pour obtenir un logement et un emploi...

20 Minutes avec AFP

— 

Le 19 juillet 2017, Gérald Darmanin. AFP PHOTO / Martin BUREAU
Le 19 juillet 2017, Gérald Darmanin. AFP PHOTO / Martin BUREAU — AFP

Elle l’accuse d’abus de faiblesse. La seconde femme à avoir porté plainte contre le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin affirme s’être « sentie obligée » d’avoir des relations sexuelles avec lui pour obtenir un logement et un emploi, selon son témoignage publié dimanche par Mediapart.

>> A lire aussi : Gérald Darmanin est-il fragilisé au sein du gouvernement par cette deuxième plainte?

« Gérald Darmanin a abusé de moi mais il ne m’a pas forcée à avoir des relations sexuelles avec lui. (…) Je me sentais obligée de le faire pour avoir un logement et un travail », a déclaré au site d’information « Sarah », une habitante de Tourcoing (Nord) dont Gérald Darmanin a été le maire entre 2014 et 2017. Cette femme a déposé plainte le 13 février à Paris pour abus de faiblesse, entraînant l’ouverture d’une enquête préliminaire.

>> A lire aussi : Laurent Wauquiez se défend d’avoir instrumentalisé la plainte d’une femme contre Gérald Darmanin

Auparavant, une première femme, Sophie Patterson-Spatz, avait accusé le ministre de viol mais sa plainte a été classée sans suite mi-février car l’enquête n’avait « pas permis d’établir l’absence de consentement », selon le parquet de Paris. Elle est elle-même visée par une plainte pour dénonciation calomnieuse déposée par le ministre, qui assure n’avoir « jamais abusé » d’une femme ou de ses fonctions.

« Messages coquins » et photos dénudées afin qu’il « ne (l)'oublie pas »

Selon le témoignage publié par Mediapart, « Sarah » a sollicité pour la première fois en septembre 2015 celui qui était alors maire de Tourcoing, dans l’espoir notamment de changer de logement. Un échange par SMS s’engage et « Sarah », qui se dit en situation de précarité, envoie au maire une photo d’elle « normale » pour se rappeler à son souvenir. Plusieurs mois après, ils se voient à son domicile et ont une première relation sexuelle.

>> A lire aussi : Darmanin assure, «les yeux dans les yeux», n'avoir «jamais abusé d'aucune femme» ni de son «pouvoir»

« Il m’a (…) dit que mon dossier logement, il allait s’en occuper. Il m’a pris la main et il l’a posée sur son sexe. J’avais compris ce qu’il voulait. J’ai déboutonné son pantalon et je lui ai fait une fellation », a raconté « Sarah » à Mediapart. La femme, qui dit avoir eu une autre relation sexuelle avec le ministre en juin 2016 dans un hôtel francilien, déclare avoir continué à échanger des SMS avec lui par la suite, notamment des « messages coquins » et des photos d’elle dénudée afin qu’il « ne (l)'oublie pas ».

Contactés par l’AFP, les avocats de Gérald Darmanin n’ont pas souhaité faire de commentaire. Dans leur réponse à Mediapart, ils ont appelé « chacun à la plus grande prudence », insistant sur le classement sans suite de la première plainte.