VIDEO. «Make France Great Again»: Marion Maréchal-Le Pen drague les électeurs de Trump

POLITIQUE L'ancienne députée du Front national s'est exprimée pendant 10 minutes lors de la conférence des conservateurs américains (CPAC), jeudi...

P.B.

— 

Marion Maréchal-Le Pen s'exprime à la conférence CPAC, dans le Maryland, le 22 février 2018.
Marion Maréchal-Le Pen s'exprime à la conférence CPAC, dans le Maryland, le 22 février 2018. — Jacquelyn Martin/AP/SIPA

Opération séduction. Après le vice-président américain Mike Pence et en attendant Donald Trump vendredi, Marion Maréchal-Le Pen a tenté de séduire les conservateurs américains avec un discours de 10 minutes, en anglais, lors de la conférence CPAC, jeudi. Elle a épousé le populisme du président américain, défendant des doctrines « America First » et « France First », et affirmée que la France était en train de devenir « la petite-nièce de l’islam ». La salle, plutôt clairsemée, a visiblement apprécié, l’applaudissant à plusieurs reprises et lançant quelques « Vive la France ».

>> A lire aussi : Marion Maréchal Le-Pen ouvre une école pour «former les dirigeants de demain»

« The survival of my nation »

« Ça ne me choque pas quand Donald Trump dit ''America First'' (« L’Amérique d’abord »). En fait, je suis pour l’Amérique d’abord pour le peuple américain, je suis pour la Grande-Bretagne d’abord pour les citoyens britanniques et je veux ''La France d’abord'' pour le peuple français », a lancé l'ancienne députée, qui s'est mis en retrait de la vie politique l'an dernier et a annoncé mercredi l'ouverture d'une école de management et de sciences politiques.

Elle a ensuite critiqué le globalisme et l’Union européenne, et, reprenant la célèbre formule de Donald Trump, dit sa volonté « to Make France Great again (« Restaurer la grandeur de la France »). « Tout ce que je veux, c’est la survie de ma nation », a-t-elle martelée. Cette survie, selon Marion Maréchal-Le Pen, passe d’abord par la défense de la culture judéo-chrétienne : selon elle, « après 40 ans d’immigration massive, de lobbyisme islamique et de politiquement correct, la France est en train de passer de fille aînée de l’Eglise catholique à petite-nièce de l’islam ».

Après avoir dénoncé en vrac la GPA, l’adoption pour les couples homosexuels, l’euthanasie et le transhumanisme, elle a assuré à son audience qu’il existait « une jeunesse conservatrice » en France prête à « reconquérir le pays » comme l’électorat de Donald Trump l’a fait aux Etats-Unis. Et de terminer par un « Vive les nations libres, vive les peuples libres, et vive l’amitié franco-américaine ! »