Mediascop, la société de la dircom’de Mélenchon, a-t-elle surfacturé pendant la campagne?

PRESIDENTIELLE Les comptes de campagne du candidat ont été validés…

D. D.

— 

Les meilleures punchlines de Mélenchon — 20Minutes

Selon Franceinfo, des structures dirigées par des proches de Jean-Luc Mélenchon sont soupçonnées d’avoir surfacturé leurs services pendant la dernière campagne présidentielle.

>> A lire aussi : «Vous êtes des salauds», lance Mélenchon à des journalistes de «C à vous» dans «L'Insoumis»

Le site d’information du groupe public s’est particulièrement intéressé à Mediascop, propriété de Sophia Chikirou, qui était la directrice de communication du candidat de La France insoumise (LFI).

 

La société aurait facturé des montants anormalement élevés

Mediascop est une société qui travaillait au 3e étage du 43, rue de Dunkerque, au siège de campagne de Jean-Luc Mélenchon, selon le site. Sans locaux propres et sans matériel apparent (Mediascop a refacturé à l’association de financement de la campagne la location d’ordinateurs et de bancs de montage), la société aurait facturé des montants anormalement élevés, selon Franceinfo.

>> A lire aussi : Jean-Luc Mélenchon lance une pétition pour «un conseil de déontologie du journalisme»

« Dans un premier temps, le rapporteur en charge de l’examen des comptes du candidat Mélenchon avait proposé de ne pas rembourser plus de 170.000 euros de prestations pour cause de surévaluation et de manque de justification. Les rapporteurs ont eu beaucoup de mal à établir la réalité des prestations de la société qui n’a émis que deux factures pour toute la campagne. En se référant à la grille tarifaire de l’entreprise les rapporteurs ont néanmoins dénombré initialement pas moins de 46 prestations possiblement surfacturées, payées parfois le double du tarif "normal" de l’entreprise, comme ces "illustrations de livrets thématiques" facturés 15.600 euros pour un "prix catalogue" de 7.800 euros », poursuit le site.

Le média indique en outre que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a « relevé quelques bizarreries, comme ces demandes de remboursement de billets de train au nom de la sœur de Sophia Chikirou (elle a travaillé comme juriste pendant la campagne). Le même jour, elle était censée être arrivée à Paris à 13h15, et repartie de Marseille à 14h58. ». Pour consulter l’enquête dans son intégralité c’est ici et ici.