«J'ai hérité d'un pays sans argent», lance le président du Liberia George Weah en visite à Paris

DIPLOMATIE George Weah souhaite « renforcer la relation bilatérale » entre la France et le Liberia…

20 Minutes avec AFP
— 
George Weah, le nouveau président du Libéria, est en visite à l'Elysée le 21 février 2018.
George Weah, le nouveau président du Libéria, est en visite à l'Elysée le 21 février 2018. — ISSOUF SANOGO / AFP

C’est son premier voyage hors du continent africain. George Weah, l’ancienne star du ballon rond, élu fin décembre à la présidence du Liberia et investi le 22 janvier, sera reçu ce mercredi à l’Elysée par le président Emmanuel Macron.

Il est notamment convié à un déjeuner de travail, en présence de nombreuses personnalités du monde sportif, du vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique, Makhtar Diop, et du directeur général de l’Agence française de développement, Rémy Rioux.

« Renforcer la relation bilatérale »

« J’ai hérité d’un pays sans argent, plombé par les malversations politiques », a lancé ce mardi le nouveau président libérien George Weah, au premier jour de sa visite officielle à Paris. Tout comme la France, soucieuse de « s’ouvrir à l’Afrique anglophone » et qui a récemment ajouté le Liberia et la Gambie aux 17 pays prioritaires de son aide au développement, George Weah a souhaité « renforcer la relation bilatérale », lors d’une conférence-débat sur l’éducation au Conservatoire national des arts et métiers à Paris.

>> A lire aussi : Cinq choses à savoir sur George Weah, ex-footballeur du PSG devenu président du Liberia

« Il n’y a pas beaucoup de compagnies françaises au Liberia… elles vont en Côte d’Ivoire, en Guinée, parce que ce sont des pays francophones, mais ce n’est pas parce que nous sommes anglophones qu’il ne faut pas venir parce qu’il y a beaucoup de choses à faire » au Liberia, a insisté - en français - l’ex-attaquant vedette du PSG et du Milan AC qui rencontrera mercredi matin le patronat français.

Le président libérien se trouve à la tête d’un pays en grande précarité financière - après deux guerres civiles (1989-2003) et une épidémie d’Ebola meurtrière (2013-2015) - et lourdement dépendant de l’aide internationale.