Marion Maréchal Le Pen le 14 juin 2017.
Marion Maréchal Le Pen le 14 juin 2017. — PASCAL GUYOT / AFP

POLITIQUE

Conférence CPAC: Les conservateurs américains divisés sur la participation de Marion Maréchal Le Pen

L'ancienne députée s'exprimera jeudi à la tribune de ce grand rassemblement de la droite US, après le vice-président américain Mike Pence...

Sarah Palin lui avait déclaré sa flamme en décembre 2015, la comparant à Jeanne d’Arc. Six mois plus tard, Steve Bannon, l’ancien conseiller de Donald Trump, l’avait saluée comme « l’étoile montante » de la droite nationaliste française. Jeudi, un peu moins d’un an après son retrait de la vie politique française, l’ancienne députée Marion Maréchal Le Pen va faire son come-back médiatique et pouvoir tester sa popularité outre-Atlantique sur la scène de la conférence CPAC, l’un des grands rendez-vous annuels des conservateurs américains. Mais sa venue ne plaît pas à tout le monde.

>> A lire aussi : Marion Maréchal Le Pen prendra la parole ce jeudi à Washington

« Anti-américain et pro-Russie »

Marion Maréchal Le Pen a été invitée par l’Union des conservateurs américains, qui organise cette conférence depuis 1973. Elle s’exprimera après le vice-président américain Mike Pence, à 11h35 (17h35 heure de Paris). Et certains disciples de Ronald Reagan – qui avait inauguré la première édition – se sont étranglés en voyant le nom de la nièce de Marine Le Pen au programme. « Marion Le Pen n’est pas une conservatrice. C’est une socialiste nationaliste. Elle est favorable à une hausse des impôts », s’est indigné The Reagan Battalion, un influent compte Twitter anonyme de conservateurs anti-Trump.

L’organisateur de la conférence, Matt Schlapp, a défendu son choix, affirmant : « Marion n’est pas sa tante. Marion c’est une libérale classique, une conservatrice. »

Un long clash a suivi entre Schlapp et Jonah Goldberg, commentateur du site The National Review. « C’est une nouvelle fantastique. Si c’est une libérale classique, elle va annoncer qu’elle quitte le Front national, hein ? », a ironisé ce dernier, jugeant qu’inviter « une oratrice du Front national, surtout une Le Pen, semble être une mauvaise décision ».

« Comment pouvez-vous défendre l’invitation de Marion Le Pen. Elle a été députée pour le Front national, un parti anti-américain, pro-Russie, anti-Otan, xénophobe, fondé par des néonazis », a encore attaqué le journaliste irano-américain Joshua Yasmeh.

Le parti de Donald Trump

Contacté par 20 Minutes, The Reagan Battalion détaille sa position : « Sa tante est assez connue, et elle est considérée comme radicale par la plupart des Américains de droite. Marion, en revanche, est plutôt méconnue, mais la plupart des conservateurs ne voudraient lui pas être associés s’ils connaissent vraiment ses positions politiques. En dehors de l’immigration et de ses vues LGBT, elle serait proche de Bernie Sanders aux Etats-Unis. »

Cette polémique illustre surtout les dissensions au sein des conservateurs américains. Après une campagne centrée sur un populisme économique et contre le multilatéralisme, Donald Trump a été accueilli en héros à la CPAC lors de la précédente édition. Chris Edelson, professeur de sciences politiques à l’université de Washington, confiait récemment à 20 Minutes que « le parti républicain est devenu le parti de Donald Trump. Il n'y a plus de place pour les modérés ». Marion Maréchal Le Pen pourrait bien s’y sentir comme à la maison.