VIDEO. Propos de Laurent Wauquiez: «On ne brûle pas les billets à Bordeaux!», répond le premier adjoint d'Alain Juppé

POLÉMIQUE Le président du parti, Les Républicains, affirme qu’Alain Juppé « a cramé la caisse » à Bordeaux…

Clément Carpentier
— 
Laurent Wauquiez et Alain Juppé ne partiront sûrement pas ensemble en vacances.
Laurent Wauquiez et Alain Juppé ne partiront sûrement pas ensemble en vacances. — Thierry Zoccolan / AFP
  • Selon Laurent Wauquiez, le maire de Bordeaux « a fait exploser les impôts, exploser la dépense publique et exploser l’endettement » dans sa ville.
  • La mairie, lui, répond que « toutes ses spéculations sont fausses » et que par exemple, le taux d’imposition n’a pas augmenté entre 2009 et 2015.
  • De son côté, l’opposition socialiste, qui dénonce depuis longtemps la mauvaise gestion des comptes publics, dit « se sentir moins seule » après les propos du chef de la droite.

Il y avait du monde, ce mardi matin, devant l’hôtel de ville de Bordeaux. Même si le propriétaire des lieux Alain Juppé était absent, pas question de manquer la réaction de la mairie à la violente attaque de Laurent Wauquiez lors d’un cours à l’EM Lyon sur l’état des finances de la ville :

A Bordeaux, il [Alain Juppé] a fait des miracles, Bordeaux est génial, c’est très bien géré, mais il a fait exploser les impôts, exploser la dépense publique et exploser l’endettement. Moi, ma conviction c’est que quand vous faites ça, vous n’avez à l’arrivée plus aucune forme de crédit

Avant d’ajouter que si Alain Juppé reste tout de même « une personnalité éminemment respectable », il a « totalement cramé la caisse » pour le président du parti Les Républicains.

La mairie dément « toutes les spéculations » du chef de la droite

Au-delà de la forme, jugée « choquante et hallucinante » par Nicolas Florian, adjoint (LR) à la mairie de Bordeaux en charge des finances, c’est le fond qui fait bondir l’élu bordelais : « C’est un peu fort de café. Toutes les spéculations qu’il peut avancer sont fausses. » Il affirme notamment que le taux d’imposition n’a pas augmenté entre 2009 et 2015 à Bordeaux et que sur l’endettement, la ville a un ratio pour se désendetter sur quatre années.


Si Nicolas Florian ne compte pas, pour l’instant, rendre sa carte d’adhérent aux Républicains, il se dit « meurtri » par les mots utilisés par Laurent Wauquiez : « Cramer les caisses de la ville… C’est quoi cette terminologie ? On ne brûle pas les billets à Bordeaux ! » Et il finit par se demander : « A qui sera-ce le tour la prochaine fois ? »

Un autre élu bordelais de la majorité a aussi répondu fermement à Laurent Wauquiez. Il s’agit de Fabien Robert, chargé de la culture : « C’est malsain et haineux ! Wauquiez n’est pas entré dans un débat de technicien, il a juste balancé une saloperie parce qu’il règle ses comptes avec Alain Juppé qui a pris ses distances avec Les Républicains. »

Wauquiez - Rouveyre, pas le même maillot mais le même combat

Cette attaque n’est pas toutefois pas la première. La Chambre régionale des comptes (CRC) de Nouvelle Aquitaine a épinglé, il y a quelques semaines, la gestion de la mairie de Bordeaux, qui masquerait l’endettement de la ville par des artifices comptables. Des accusations que conteste formellement Alain Juppé mais que l’opposition n’a pas oubliées.


Matthieu Rouveyre (PS) n’a pas la même étiquette que Laurent Wauquiez mais ce mercredi, il « se sent moins seul » après les propos du chef de la droite. L’élu d’opposition rappelle que « la situation de Bordeaux est alarmante car il n’y a plus d’argent dans les caisses. Les impôts et l’endettement ont explosé ! » Depuis 2015, il pointe régulièrement lors des conseils municipaux les finances de la ville.

Je ne fais pas miens des mots qui sortent de la bouche [de Laurent Wauquiez] mais l’expression « Alain Juppé a cramé la caisse » est factuellement exacte. La ville de Bordeaux n’a plus d’argent pour investir dans le quotidien. C’est-à-dire dans les crèches, les piscines, les écoles, les gymnases…

Une vision que réfute là aussi Nicolas Florian, qui affirme qu’il n’y aura pas d’augmentation d’impôt en 2018 et que la ville investira encore 80 millions d’euros cette année.