VIDEO. Propos de Laurent Wauquiez: Comment l’EM Lyon s'est-elle retrouvée en plein «tsunami médiatique»?

POLEMIQUE L'école de management et de commerce lyonnaise n'a réagi qu'auprès de ses étudiants et collaborateurs ce lundi...

Jérémy Laugier
— 
Laurent Wauquiez, ici lors de son passage dans "L'Emission politique" sur France 2 le mois dernier. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT
Laurent Wauquiez, ici lors de son passage dans "L'Emission politique" sur France 2 le mois dernier. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT — AFP
  • Des attaques en « off » de Laurent Wauquiez, notamment contre Gérald Darmanin et Nicolas Sarkozy, font polémique depuis vendredi.
  • Ce « Wauquiez Gate » est né après la diffusion par « Quotidien » de propos tenus durant une intervention à l’EM Lyon vendredi.
  • Mise en cause par plusieurs hommes politiques, l’école de management et de commerce refuse pour l’instant de réagir publiquement.

Les fuites s’enchaînent à l’EM Lyon. Trois jours après la fameuse diffusion dans Quotidien des propos de Laurent Wauquiez écorchant une bonne partie de la classe politique française, durant une conférence devant une trentaine d’étudiants, l’école de management et de commerce a réagi à la polémique ce lundi via une lettre interne. Mais cette fois, c’est LCI qui s’est procuré la réaction du directeur général de l’établissement, qui n’était destinée qu’aux étudiants et aux collaborateurs.

Pointant « un tsunami médiatique », Bernard Belletante explique ne pas vouloir « intervenir officiellement dans le brouhaha des multiples déclarations ». Une position confirmée à 20 Minutes par le service communication de l’EM Lyon, qui n’a « rien arrêté », tant sur une réaction publique éventuelle que sur le maintien de prochains cours de Laurent Wauquiez, initialement prévus les 16 et 17 mars.


« Cette absence d’éthique est un comportement illégal »

En apparence, l’EM Lyon regrette surtout que ces propos destinés à rester dans ses murs aient été enregistrés. « Cette absence d’éthique est un comportement illégal, contraire à notre règlement intérieur s’il s’agit d’un participant, précise Bernard Belletante. La liberté exige une responsabilité collective. Si nos intervenants extérieurs ne sont plus sûrs de la confidentialité de leur propos, ils pourraient ne plus venir, ce qui se fera au détriment de la diversité des personnalités qui viennent sur le campus. »

Mais comme l’évoque Le Parisien, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes n’aurait « pas respecté le deal » fait avec l’EM Lyon au sujet de son cours de jeudi et vendredi consacré aux « grands enjeux de société et de géopolitique », et censé être « apolitique ». Une source interne à l’école lyonnaise évoquerait ainsi « des valeurs bafouées ». « Diffamations, injures, vulgarité… Une conception particulière de l’enseignement. Les étudiants de l’EM Lyon méritent mieux », ironisait par exemple vendredi le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.



« Des échanges parfois abrupts mais toujours respectueux »

De violentes critiques à l’encontre de l’EM Lyon qui ne semblent pas être partagées par certains étudiants présents face à Laurent Wauquiez. S’ils ont refusé de parler aux médias après le cours, ils ont fait circuler leur avis via les réseaux sociaux. « Le cours fut à la hauteur de nos attentes avec un discours franc, des échanges parfois abrupts mais toujours respectueux », expliquent-ils notamment.

Au sujet du festival de tacles balancés par le président des Républicains, notamment à l’encontre de Gérald Darmanin et de Nicolas Sarkozy, ces mêmes élèves précisent que « ces phrases chocs prononcées s’inscrivaient dans le cadre de réponses que nous lui posions sur un ton au moins équivalent ».

« Cette affaire nous prive d’une belle opportunité de confrontations d’idées »

« Le cours ne pouvait avoir lieu que dans un climat de confiance mutuelle. Ce contrat a été rompu par un enregistrement à son insu et nous le déplorons amèrement. Cette affaire discrédite les élèves de notre école et nous prive d’une belle opportunité de confrontations d’idées. » Difficile en effet, au vu des bouillantes conséquences politiques depuis vendredi, d’imaginer le retour du professeur Wauquiez à l’EM Lyon dans un mois.