Quels sont les dépenses et les remboursements des principaux candidats à la présidentielle?

COMPTES DE CAMPAGNE Les comptes de tous les candidats ont été validés, même si tous ne sont pas remboursés dans les mêmes proportions…

O. P.-V. (avec AFP)

— 

Francois Fillon, Emmanuel Macron, Jean Luc Melenchon, Marine Le Pen et Benoit Hamon durant le premier débat présidentiel, le 20 mars 2017, à Paris.
Francois Fillon, Emmanuel Macron, Jean Luc Melenchon, Marine Le Pen et Benoit Hamon durant le premier débat présidentiel, le 20 mars 2017, à Paris. — BLONDET-POOL/SIPA

La Commission nationale de contrôle des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) a rendu son verdict ce mardi, neuf mois après la fin de la présidentielle 2017, bouclée par l’élection d’Emmanuel Macron. Pas de surprise particulière, les comptes des onze candidats ont été validés. Mais tous ne seront pas remboursés dans les mêmes proportions.

>> A lire aussi : Commission des comptes de campagne: Un ancien rapporteur dénonce des «dysfonctionnements»

Trois plafonds de remboursement existent : pour les candidats du second tour (Emmanuel Macron et Marine Le Pen), ils ont droit jusqu’à 10.691.775 euros ; ceux ayant dépassé les 5 % de votes, 8.004.225 euros ; 800.423 pour les autres. 20 Minutes fait le point sur les comptes des quatre qui ont reçu le plus de suffrages.

Emmanuel Macron

C’est lui qui a gagné, et c’est aussi lui qui avait le plus dépensé. Emmanuel Macron sera remboursé à hauteur de 10,64 millions d’euros, sur les 16,57 millions utilisés pour mener sa campagne victorieuse. La petite irrégularité constatée par la CNCCFP concerne des dons non conformes, pour un montant de 87.600 euros. En l’occurrence, il s’agit de couples qui ont fait leur don depuis le compte personnel de l’un des deux conjoints et pas depuis un compte-joint.

Marine Le Pen

La « finaliste » et candidate du Front national est aussi celle qui a reçu le plus important remboursement : 10,69 millions d’euros, pour 12,24 millions de frais engagés durant la campagne. La CNCCFP a notamment retranché la somme de 827.017 euros des comptes présentés par Marine Le Pen, inscrite « au titre des intérêts facturés par deux formations politiques, pour plusieurs prêts à la candidate d’un montant total de 11.795.000 euros ».

François Fillon

La campagne du candidat des Républicains aura été difficile jusqu’au bout. Arrivé troisième du scrutin, François Fillon a vu ses comptes validés par la Commission, mais le remboursement est loin des frais engagés : l’Etat ne versera « que » 2.067.625 euros, alors que la campagne Fillon en a coûté 13,79 millions. En cause, les 10 millions de recettes au titre de « versement définitifs des partis politiques » en provenance de la Haute autorité chargée d’organiser la primaire de la droite, un « don » qui n’est pas remboursé par l’Etat. Pas de panique pour autant du côté de LR. « Il n’y a aucun rebondissement, c’est prévu comme cela depuis trois ans », a déclaré à l’AFP Vincent Chriqui, ancien directeur de campagne de François Fillon.

Jean-Luc Mélenchon

Reste le candidat insoumis pour le quatuor de tête. Là encore, les comptes de campagne du député des Bouches-du-Rhône ont été validés, bien que la Commission ait abaissé de 10.676.699 euros à 10.241.760 euros le bilan des dépenses de Jean-Luc Mélenchon. Le remboursement est lui de 6,3 millions d’euros. La CNCCFP a retoqué certaines lignes du budget mélenchoniste, notamment ses frais en matière de vin. Deux achats pour un total de 13.872 euros ont été rejetés « faute de justifications suffisantes ». Par ailleurs, la Commission a réformé 54.600 euros de dépenses au bénéfice de la société Mediascop, dont 35.250 euros au motif d'« écarts significatifs » entre les montants facturés et « la grille tarifaire de cette entreprise » dirigée par Sophia Chikirou, responsable de la communication du candidat.