Ces augmentations sont-elles dues à Emmanuel Macron ? Vrai/Faux

FAKE OFF Un post viral sur Facebook attribue de nouvelles augmentations, souvent à tort au président de la République...  

Mathilde Cousin

— 

Non, toutes ces augmentations ne sont pas imputables à Macron.

Non, toutes ces augmentations ne sont pas imputables à Macron. — Photomontage 20 Minutes

  • Un post devenu viral en quelques heures sur Facebook attribue à Emmanuel Macron la responsabilité d'augmentations récentes.
  • Pêle-mêle, sont cités l'augmentation du tarif des cartes grises, du paquet de tabac, du forfait hospitalier, de la CSG...
  • Ce document mélange des mesures effectivement décidées par Macron avec des mesures décidées par d'autres responsables (élus locaux, secteur privé....).

Un message attribuant toute une série d'augmentations au président de la République Emmanuel Macron est devenu viral en quelques heures ce mardi sur Facebook. Publié sur la page Anonymous France, ce photo-montage attribue au président 16 augmentations variées, qui vont du prix du contrôle technique à celui des timbres, en passant par les tarifs des mutuelles ou celui de la carte grise. 

Ce photo-montage manque cruellement de contexte : il n'est pas indiqué depuis quand ces hausses sont effectives. Et il est laissé croire, à tort, que l'ensemble de ces décisions ont été voulues par le président de la République. Certaines ont pourtant été voulues par les précédents gouvernements, par l'UE ou par le secteur privé. 

Ci-dessous, nous passons en revue les hausses présentées dans ce photo-montage. Alors, Macron or not Macron 

NOT MACRON : l'augmentation de la cantine scolaire

Il est annoncé une hausse de 1 à 3 % dans ce photo-montage. Mais l'auteur de ce document ne précise pas s'il fait allusion aux cantines dans le primaire ou dans les collèges et lycées. Quoi qu'il en soit, les tarifs des restaurants scolaires sont votés par les collectivités territoriales : la commune pour le primaire, le département pour les collèges et la région pour les lycées. « Les tarifs peuvent être modulés en fonction des ressources des familles sur la base du quotient familial », complète la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. Emmanuel Macron n'est pas à l'origine des éventuelles hausses décidées par les collectivités.

NOT MACRON : l'augmentation de l'abonnement Vélib

Il est annoncé comme augmentant de 30 %. Là encore, le président de la République n'a rien à voir avec cette hausse. Smoovengo, le nouvel opérateur des vélos en libre-service, a été choisi par un syndicat mixte, réunissant des élus d'Île-de-France. Quant aux nouveaux tarifs, qui sont bien en hausse, ils sont votés par ce même syndicat.

NOT MACRON : l'extension du contrôle technique

A partir du 20 mai, le nombre de points contrôlés sur chaque véhicule va substantiellement augmenter, passant de 123 à au moins 132. Une augmentation qui risque d'entraîner un surcoût pour les automobilistes. Mais... la France ne fait qu'appliquer une décision de l'Union Européenne, datant de 2014.

NOT MACRON : Les nouveaux PV stationnement

C'est l'augmentation la plus spectaculaire sur ce document : + 130 %. Un nombre impressionnant, mais qui ne correspond pas entièrement à la réalité. Depuis le 1er janvier, les municipalités, et non plus l'Etat, fixent les tarifs des forfaits post-stationnement. Et, depuis, les tarifs varient grandement d'une ville à l'autre : ils sont en baisse à Nice (de 17 à 16 euros), mais sont passés à 50 euros dans certains arrondissements parisiens et à 60 euros dans le centre de Lyon. Des tarifs disparates rendus possibles grâce à une loi votée en 2014, bien avant donc qu'Emmanuel Macron ne devienne président de la République.

NOT MACRON, les cotisations pour les mutuelles

Il serait plus correct de parler d'une fourchette de 2 à 4%, comme l'annonçait en décembre le président de la Mutualité française, Thierry Beaudet. Les mutuelles fixent elles-mêmes leurs tarifs, mais ces augmentations répercutent en partie le coût de décision gouvernemental, telles que l'augmentation du forfait hospitalier, ou la nouvelle rémunération des généralistes. Le vieillissement de la population fait aussi grimper les tarifs.

NOT MACRON, Le prix du timbre, fixé par une Autorité de régulation

Un timbre coûte-t-il 10 % plus cher dorénavant ? L'auteur de ce document ne précise pas à quelle catégorie de timbres il se réfère. Le prix du timbre rouge a bien augmenté en 2018, passant de 85 à 95 centimes. Le timbre vert est passé de 73 à 80 centimes et celui de l'écopli de 71 à 78 centimes. Cela représente des augmentations respectives de 9,6%, 11,7% et 9,9%. 

La Poste n'est pas libre de fixer ses tarifs. C'est l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) qui les fixe. Les tarifs pour la période 2015 - 2018 ont été décidés il y a quatre ans. 

NOT MACRON. Le  prix de la carte grise

La carte grise a augmenté de 15 %, selon le document partagé par la page Anonymous. En réalité, son coût a seulement varié en 2018 dans quatre des anciennes régions : il a baissé en Lorraine et Nord-Pas-de-Calais et augmenté en Alsace (4,77%) et Champagne-Ardenne (6,24%). Il est resté stable dans les autres régions. Ce sont les Conseils régionaux qui fixent le montant de la carte grise.

NOT MACRON. Les frais bancaires n'ont pas fait un bond de 13% 

La hausse a été beaucoup plus modérée au 1er janvier, selon l'UFC-Que-Choisir, qui annonce une augmentation moyenne de 2,2%. 

MACRON. L'augmentation du prix du carburant, voulue par le gouvernement

+10 % pour le carburant, selon le post Facebook des Anonymous France. La hausse a été confirmée par le porte-parole du gouvernement en septembre. Cette hausse de 10 %, soit 7,6 centimes par litre, s'applique depuis le 1er janvier sur le diesel. L'essence a elle aussi augmenté de 3,9 centimes par litre. Selon Les Echos, la facture finale est encore plus élevée pour les automobilistes, qui verront une augmentation de l'ordre de 20 %, une fois la taxe incluse. 

MACRON. La hausse du forfait hospitalier

Au 1er janvier, le forfait hospitalier est passé de 18 à 20 euros, soit une augmentation d'environ 11 %, et non de 15 % comme annoncé sur ce document. Cette hausse a bien été décidée par le gouvernement actuel. Le forfait hospitalier n'avait pas augmenté depuis 2010. Son coût est entièrement pris en charge par les mutuelles. 

MACRON. L'électricité va être plus chère de 0,8 %, pas 17 %

Sur le document, il est affirmé que l'électricité va augmenter de 17 %. En réalité, les tarifs ont progressé de 0,8% en moyenne depuis le 1er février. Les particuliers verront leur facture grimper de 0,7% et les très petits professionnels de 1,6%.

MACRON. Le prix du tabac gonfle bien d'environ 10 %

Au 1er mars, le prix des paquets de cigarettes va gonfler, après une première hausse en novembre. L'augmentation sera de 0,70 à un euro par paquet. En novembre, le prix du paquet avait augmenté de 30 centimes. 

MACRON. La hausse de la CSG, une mesure annoncée dans son programme

La hausse de la CSG faisait partie du programme d'Emmanuel Macron. Elle est entrée en vigueur le 1er janvier. Elle a augmenté d'1,7 point, passant de 7,5 à 9,2%. Cela représente une augmentation de 22,67%, proche des 21,7% annoncés dans ce post Facebook. Cette mesure a pour but de redonner du pouvoir d'achat aux salariés du privé. Pour les indépendants et les fonctionnaires, l'impact de la hausse ne doit pas se faire sentir. Une partie des retraités et des propriétaires bailleurs devraient être les perdants de cette réforme. 

Ce photomontage semble être une nouvelle version d'un document qui était partagé sur Facebook à la fin de l'année dernière et qui était déjà devenu viral.

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Réagissez dans les commentaires ou envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.