Grand Est: Edouard Philippe ouvre la porte à la création d'un «département Alsace»

REFORME TERRITORIALE Le Premier ministre a lancé une mission pour étudier une possible fusion des deux départements d'Alsace...

A.I. avec AFP

— 

Manifestation d'Alsaciens contre la réforme territoriale et la fusion de la région avec la Lorraine et Champagne-Ardenne à Strasbourg, le 13 décembre 2014.
Manifestation d'Alsaciens contre la réforme territoriale et la fusion de la région avec la Lorraine et Champagne-Ardenne à Strasbourg, le 13 décembre 2014. — Gilles Varela

La copie devra être rendue au printemps. Le Premier ministre Edouard Philippe a missionné Jean-Luc Marx, préfet du Bas-Rhin et la région Grand Est, d’une étude sur une possible fusion des deux départements alsaciens, le Haut-Rhin et le Bas-Rhin.

Mais « sans remettre en cause la région Grand Est ». Pas de retour, donc, à la seule région Alsace, dont la fusion en 2015 avec la Lorraine et Champagne-Ardenne dans le cadre de la réforme territoriale avait rencontré une vive opposition sur le territoire alsacien.

Décision saluée par les élus alsaciens

Dans un courrier daté du 22 janvier, Edouard Philippe demande de « mener des réflexions sur cette question » en lien avec les parlementaires, les départements, la métropole de Strasbourg, les communes d’Alsace, ainsi que la région Grand Est. Certains d’entre eux s’évertuaient à militer pour la création d’un département Alsace. Pas étonnant alors de voir la décision de Matignon saluée pour une très grande majorité d’élus alsaciens.

« Sans remettre en cause la région Grand Est, vous évaluerez la réalité des volontés exprimées et examinerez les avantages comme les inconvénients des hypothèses offertes par le Code Général des Collectivités Territoriales telle que l’entente interdépartementale ou la création d’un département Alsace par fusion des deux départements existants ».

Lors de ses vœux à la presse vendredi à Strasbourg, Jean-Luc Marx s’est engagé à « échanger abondamment, en premier lieu avec les élus ».