Macron à Tunis: Le «modèle tunisien» ne doit pas «échouer»

SOUTIEN Emmanuel Macron compte sur un doublement des investissements français en Tunisie d’ici à la fin de son quinquennat…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président français dans la capitale tunisienne, le 1er février 2018.
Le président français dans la capitale tunisienne, le 1er février 2018. — SIPA

Il a tenu à afficher un soutien sans faille à la Tunisie. Le président de la République, Emmanuel Macron a appelé ce jeudi au deuxième jour de sa visite d’Etat à Tunis, à doubler les investissements français dans ce pays à la transition démocratique « inédite » dans le monde arabe.

>> A lire aussi : Tunisie: Emmanuel Macron en visite à Tunis «pour soutenir la fragile démocratie»

Pour le chef de l’Etat, la Tunisie est le seul pays où le Printemps arabe de 2011 a fait naître la démocratie et il est impensable que la France n’aide pas la Tunisie « comme on aide un frère ou une sœur ».

Une tâche immense

La tâche est immense, comme l’a montré la récente vague de protestations contre l’austérité et la vie chère qui a touché plusieurs villes tunisiennes début janvier.

La Tunisie a une « immense responsabilité » parce que « le monde arabe, le Maghreb, toutes les rives de la Méditerranée vous (…) regardent faire et ont besoin de vous voir réussir », a-t-il lancé devant le Parlement. « Si vous échouez, nous échouons aussi ». Or « le défi qui est le vôtre aujourd’hui, c’est de transformer ce printemps culturel et démocratique en printemps politique, économique et social » afin que « cette réussite puisse changer la vie des Tunisiennes et des Tunisiens, fasse mieux vivre les classes moyennes comme les classes populaires », a-t-il ajouté.

Un doublement des investissements d’ici à 2022

Emmanuel Macron a estimé que le doublement des investissements français sur l’ensemble du quinquennat était un objectif « possible à atteindre ». « J’attends la pleine mobilisation des entreprises », a-t-il dit lors d’un forum économique à Tunis auquel participaient une centaine d’entrepreneurs français. « Nombre d’entreprises ont déjà confirmé leur volonté d’investir », a-t-il ajouté, en présence notamment des patrons des groupes de télécommunications Orange, Stéphane Richard, et Iliad, Xavier Niel.

>> A lire aussi : Tunisie: Le 7e anniversaire de la révolution de jasmin célébré dans un climat tendu

En plus du plan d’aide de 1,2 milliard d’euros sur la période 2016-2020, M. Macron a annoncé un fonds de 50 millions d’euros sur trois ans destiné aux jeunes entrepreneurs créant de l’emploi.

L’économie tunisienne a souffert de l’instabilité qui a suivi la révolution de 2011, et le chômage et la misère ayant largement provoqué cette révolte persistent. Un tiers des jeunes diplômés est sans emploi.