• Deux législatives partielles se sont tenues ce dimanche.
  • Le Parti socialiste est en pleine crise.
  • Les candidats de la majorité ont connu une légère baisse depuis juin dernier.

Deux scrutins et quelques enseignements. Deux législatives partielles se sont tenues dans la première circonscription du Territoire de Belfort et la première circonscription du Val-d'Oise dimanche. Les candidats Les Républicains et La République en marche font respectivement la course en tête au premier tour. Malgré la faible participation, les scrutins ont eu un écho national. Quelles leçons tirer de ces votes ? 20 Minutes fait le point.

LR/LREM, bis repetita mais majorité en recul

Mêmes duels qu’en juin dernier. Sur le Territoire de Belfort, le candidat LR Ian Boucard, dont l’élection a été invalidée en décembre, a obtenu 39 % des voix, contre 26,70 % pour le conseiller départemental LREM Christophe Grudler. Le candidat de droite, qui l’avait emporté de 279 voix, fait donc un peu mieux qu’au premier tour de l’élection précédente (31.83 %) et fait figure de favori.

Dans le Val-d’Oise, c’est l’inverse : la candidate LREM Isabelle Muller-Quoy, dont l’élection avait été invalidée en novembre, se hisse en tête avec 29.28 % des voix, devançant son rival LR Antoine Savignat, allié à l’UDI, qui a recueilli 23,67 % des bulletins.

A noter : la baisse des candidats de la majorité entre les deux élections : 5 points à Belfort et plus de 6 dans le Val-d’Oise.

 

L’agonie du PS, les Insoumis en troisième position

Les scores confirment que la crise est profonde au Parti socialiste. A Belfort, le candidat PS Arthur Courty termine en septième position avec seulement 2.6 % des voix, loin des 9,1 % obtenus par la candidature PS-MRC de juin dernier. Des résultats qui signent la quasi-disparition du parti à la rose sur les anciennes terres de Jean-Pierre Chevènement.

Dans le Val-d’Oise, le Parti socialiste progresse légèrement, passant de 5,48 % à 6,88 %. Mais les socialistes sont relégués derrière le candidat de La France insoumise, qui obtient 11.5 % des suffrages. A Belfort, son homologue insoumis obtient lui un score comparable avec 11,6 % des voix. Des résultats salués par Jean-Luc Mélenchon sur Twitter.

Le FN affaibli par les Patriotes

Sale temps pour le FN. Le Front National n’arrive qu’en quatrième position avec 10,11 %. Le parti de Marine Le Pen perd plus de 5 points, affaibli par les candidatures des Patriotes et celle de l’Union des patriotes, le parti de Carl Lang et Jean-Marie Le Pen. À Belfort, même topo : le frontiste Jean-Raphaël Sandri (7,50 %) perd près de 8 points mais remporte son duel face à la candidate Patriotes et ex-FN Sophie Montel (2 %).

Des électeurs démobilisés

Comme souvent pour les législatives partielles, les électeurs se sont peu déplacés. La participation s’élève à seulement 29,50 % sur le territoire de Belfort (49,74 % en juin) et à 20,33 % dans le Val-d’Oise (48,09 %).