Elections européennes: Dupont-Aignan, Mariani, Myard, Poisson, Dhuicq... Quels alliés potentiels pour le FN?

ALLIANCE Nicolas Bay considère qu'il y a plusieurs élus de droite susceptibles de rallier le FN pour les élections européennes de 2019...

L.Gam. avec AFP

— 

Nicolas Bay, le 13 novembre 2015, lors d'un meeting à Rouen.
Nicolas Bay, le 13 novembre 2015, lors d'un meeting à Rouen. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Tendre la main « à tous ceux qui ne veulent pas voir la France disparaître », telle est la ligne de conduite pronée par Nicolas Bay, vice-président du FN chargé des Affaires européennes, pour rallier des personnalités politiques au groupe frontiste, en vue des élections européennes de 2019.

>> A lire aussi : Elections européennes: David Rachline «souhaite» que Nicolas Dupont-Aignan mène la liste FN

Interrogé sur le Talk-Figaro ce jeudi, Nicolas Bay a cité notamment l'ex-ministre LR Thierry Mariani, l'ancien député LR Nicolas Dhuicq, le maire LR de Maisons-Laffitte Jacques Myard, et le président du Parti chrétien-démocrate Jean-Frédéric Poisson. Il a aussi évoqué le nom de Nicolas Dupont-Aignan.

« D'autres » élus susceptibles de rejoindre le FN

Ce dernier, président de Debout la France et ancien allié de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, pourrait donc se voir proposer une liste commune pour « travailler en respectant la particularité de son mouvement ».

>> A lire aussi : Nicolas Bay accuse Claire O'Petit (LREM) d'avoir voulu intégrer sa liste FN

Puis Nicolas Bay a déclaré qu'il y avait « d'autres » élus susceptibles de rejoindre le FN aux élections européennes de 2019 «  qui sont peut-être chez les Républicains aujourd'hui, mais qui n'ont finalement plus rien à y faire, et qui partagent l'essentiel de nos positions ». « Je pense à beaucoup de personnalités comme Thierry Mariani, comme Nicolas Dhuicq, comme Jean-Frédéric Poisson, comme Jacques Myard. Ils ont toujours défendu des positions pour une Europe des nations », a ajouté le responsable frontiste, loin de celle d'aujourd'hui qu'il a qualifié d'Europe « de moins en moins démocratique, (...) sans protection, sans régulation, livrée à l'immigration de masse ».