«Emmanuel Macron pense qu’il faut des substituts à la figure du roi»

INTERVIEW Le professeur Philippe Raynaud, qui publie ce mercredi «Emmanuel Macron : une révolution bien tempérée» (Desclée de Brouwer) analyse les bouleversements liés à l'élection d'Emmanuel Macron à la présidentielle…

Propos recueillis par Anne-Laëtitia Béraud

— 

Le président de la République Emmanuel Macron, le 22 janvier 2018 au château de Versailles pour le sommet «Choose France».
Le président de la République Emmanuel Macron, le 22 janvier 2018 au château de Versailles pour le sommet «Choose France». — LIEWIG-POOL/SIPA
  • Philippe Raynaud publie ce mercredi Emmanuel Macron: une révolution bien tempérée (Desclée de Brouwer​).
  • Le professeur de science politique​ à l’université de Paris II-Panthéon-Assas revient sur la campagne présidentielle et la victoire d'Emmanuel Macron qui a bouleversé le système politique français.
  • Partisan d'une société libérale, admirateur de la figure du roi tout en étant dans la tradition présidentialiste, Emmanuel Macron y apparaît comme une personnalité complexe.

L’élection d’Emmanuel Macron à la présidentielle a bouleversé la politique française et fait exploser le système partisan. Dans Emmanuel Macron : une révolution bien tempérée ( éd. Desclée de Brouwer, 16,90 euros) publié ce mercredi, Philippe Raynaud, professeur de science politique à l’université de Paris II-Panthéon-Assas, analyse la campagne et les nouveaux schémas politiques. Pourquoi le président de la République admire-t-il la figure du roi ? Quelles sont les limites de son pouvoir présenté comme « jupitérien » ? 20 Minutes a posé quelques questions au professeur et politologue…

Quelle est l’ambition de ce livre évoquant la « révolution » d’Emmanuel Macron ?

J’ai publié il y a un an un livre sur l’esprit de la Ve République, qui était une réflexion sur la transformation du système politique depuis 1958. Avec ce nouvel ouvrage, je prolonge mes analyses, notamment sur la crise du système bipartisan. La supériorité d’Emmanuel Macron réside dans le fait qu’il a mieux compris cette crise politique que les autres candidats à la présidentielle.

« La révolution d’En Marche se situe à l’intersection de 1789 et la tradition whig » en Angleterre. Que voulez-vous dire ?

Durant la campagne électorale, Emmanuel Macron a établi un lien entre la société [contemporaine] et celle de l’Ancien régime en crise. Il a par ailleurs organisé un clivage entre progressistes et conservateurs, sur le modèle des whigs [libéraux] contre les tories [conservateurs] dans l’Angleterre des XVIIIe et XIXe siècles : il a opposé l’élite des villes et la bourgeoisie en province, l’innovation contre la tradition, la finance contre la rente foncière… Je prends un exemple pour illustrer cette structuration : la réforme de l’ISF, l’IFI, voulue par Emmanuel Macron, cible la fortune immobilière, pas les capitaux mobiliers [dividendes ou intérêts].

>> A lire aussi: Loi de finances: L'Assemblée vote la transformation de l'ISF en impôt sur la fortune immobilière

Selon vous, « Emmanuel Macron pense que la République n’a jamais remplacé la figure du roi ». Pourquoi ?

Ce n’est pas moi qui parle de cette figure mais Emmanuel Macron lui-même, dans une interview à Le 1 durant la campagne. D’un côté, il se place dans une tradition présidentielle, voire présidentialiste de la Ve République tant par sa culture que son parcours technocratique. Mais il a aussi un imaginaire favorable à certains souvenirs de la monarchie. On l’a vu ensuite avec l’utilisation du château de Versailles, ou encore le rétablissement des chasses présidentielles à Chambord. Emmanuel Macron ne souhaite pas une restauration de la monarchie, mais il pense que le règlement violent et radical de cette question sous la Révolution pose toujours problème. Il pense qu’il faut aujourd’hui des substituts à cette figure.

>> A lire aussi: Choisir le château de Versailles, c'est tout un symbole pour la rencontre Poutine-Macron

Vous estimez que le président peut « réaliser l’essentiel de son programme car à terme, les batailles politiques à venir se joueront davantage sur les questions identitaires qu’économiques ». Pourquoi ?

Pour l’instant, Emmanuel Macron a triomphé d’obstacles jugés auparavant insurmontables. L’opposition à la loi travail n’a pas été immense, et il n’apparaît pas, aujourd’hui, que la sélection à l’université va engendrer un grand mouvement d’opposition. Mon hypothèse est qu’il peut réussir l’essentiel de son programme socio-économique si la conjoncture économique est favorable, mais cela ne neutralisera évidemment pas toute l’opposition conservatrice. Celle-ci estime que le succès d’Emmanuel Macron n’empêchera pas le ressentiment et qu’elle peut fédérer dans cette situation. Le cas du président polonais Lech Kaczyński [2005-2010] est ici exemplaire. Ce dernier, conservateur, a été élu alors que le gouvernement précédent avait une économie saine. On peut donc imaginer ce scénario d’un retour des conservateurs après Emmanuel Macron, sans qu’il y ait de crise économique aux effets importants. Ce qui se passe avec les populismes en Europe centrale montre que cette situation n’est pas qu’une théorie.

Pourquoi rappeler que le dieu Jupiter, dont Emmanuel Macron est fan, n’est pas le seul dieu du panthéon ?

C’est une remarque. Jupiter est le premier des dieux mais ce n’est pas un dieu unique. S’il transcende l’opposition, toutes les sphères d’opposition ou de valeurs ne lui sont pas soumises. Je souhaite rappeler que Jupiter est puissant, mais qu’il n’est pas le seul dieu.

>> A lire aussi: Emmanuel Macron veut être un «président jupitérien», mais ça veut dire quoi?