Marseille: «Ce sont mes amis que je soutiendrai», Jean-Claude Gaudin ne se représentera pas en 2020

MUNICIPALES La guerre de succession est lancée à la mairie, tandis que Martine Vassal est la favorite pour la métropole…

Adrien Max
— 
Jean-Claude Gaudin est maire de Marseille depuis 1995.
Jean-Claude Gaudin est maire de Marseille depuis 1995. — Boris Horvat / AFP
  • Jean-Claude Gaudin ne se présentera pas pour les élections municipales de 2020, il ne briguera pas non plus la métropole.
  • Il ne veut pas faire émerger de candidat potentiel mais assure qu’il soutiendra les membres de sa famille politique.
  • Martine Vassal a son soutien pour la métropole.
  • Parmi les projets de 2018, le lancement de MP2018 pour la culture, l’ouverture de la L2 dans son intégralité et le périphérique entre le Vieux-Port et Notre-Dame-de-la-Garde.

« Je ne me représenterai pas. » Le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a été on ne peut plus clair lors de la cérémonie de ses vœux à la presse ce lundi matin.


Comme largement pressenti, il ne briguera pas un énième mandat, lui qui est à la tête de la deuxième ville de France depuis 1995. Il ne se représentera pas à la tête de la métropole, non plus. Se pose alors la question de sa succession.

« Je ne soutiendrai ni Castaner, ni sa liste »

Après avoir annoncé que tout le monde dans son équipe municipale pouvait être candidat, Jean-Claude Gaudin a évoqué Christophe Castaner, que beaucoup voient comme le candidat potentiel de La République en marche pour la mairie de Marseille.


« S’il ne s’était pas retiré lors des dernières élections régionales, le Front national l’aurait emporté. Je lui en serai éternellement reconnaissant mais je ne soutiendrai ni Castaner, ni sa liste », a annoncé Jean-Claude Gaudin, visiblement en forme.

Quant à sa famille politique, il ne veut pas faire émerger de favoris. « Si jamais j’établissais une liste, tel ou telle me demanderait pourquoi il n’y figure pas. Tout le monde au sein du conseil municipal pense pouvoir devenir maire, même un petit pitchounet pense pouvoir y arriver », a-t-il déclaré en forme de clin d’œil à Benoît Payan, chef de file de l’opposition socialiste.


Mais il connaît l’importance de son entourage : « Si demain je ne me réveille pas, c’est bien mes camarades et mon camp qui devront prendre le relais. »

« Avec mon âge et mes mandats, je fais ce que je veux »

Concernant l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon, Jean-Claude Gaudin a aussi répondu aux critiques. « Je sais que ça inquiète à droite. Mais il est député à Marseille, et il est venu parler de la ville, il m’a demandé mon avis alors je lui donne. On discute de Marseille et pas des Insoumis. Avec mon âge et mes mandats, je fais ce que je veux, mais ce sont mes amis que je soutiendrai », s’est-il justifié.


Sa succession à la tête de la métropole fait moins de doutes, Martine Vassal semble sa favorite. « Martine Vassal a proposé de me remplacer, j’apprécie cette délicatesse, elle a toutes les qualités pour me succéder », a-t-il déclaré en guise de passation de pouvoir.

MP 2018, la L2 et le téléphérique

Si l’horizon des municipales est encore loin, bien que sa succession attise déjà les convoitises, Jean-Claude Gaudin en a aussi profité pour évoquer les priorités de l’année à venir :

  • Développement des lignes de bus pour un coût total de 3.5 milliards d’euros. Il sollicite à nouveau l’aide de l’état. La station Capitaine Geze, au nord, devrait être inaugurée dans l’année mais du retard a été pris. Le métro devrait être automatisé en 2024.
  • L’ouverture dans sa totalité de la L2, qui relie l’autoroute nord à l’est, devrait intervenir à la rentrée de septembre.
  • La requalification de la Canebière se poursuit avec l’installation de la mairie de secteur, l’ancienne sera détruite pour un multiplexe avec sept salles de cinéma.
  • Le projet de téléphérique tient à cœur à l’édile, mais il ne veut pas dénaturer la carte postale du Vieux-Port. « Il ne partirait que du bassin carénage pour rejoindre Notre-Dame-de-la-Garde, je ne veux pas qu’il enjambe le port », a-t-il fait savoir.
  • Le rendez-vous culturel MP 2018, avec l’exposition sur Picasso, notamment.

Concernant l’enquête sur les conditions de travail au SAMU social et la réforme sur les temps de travail des employés municipaux et métropolitains, « je rappelle qu’il faut aussi travailler », a conclu le maire.