Marseille: Comment l'entourage de Mélenchon prépare le terrain pour les municipales

MUNICIPALES Alors que des rumeurs présentent Christophe Castaner comme candidat, Jean-Luc Mélenchon n'infirme, ni ne confirme, son éventuelle candidature...

Mathilde Ceilles

— 

Jean-Luc Mélenchon lors de sa cérémonie des vœux à Marseille
Jean-Luc Mélenchon lors de sa cérémonie des vœux à Marseille — Boris Horvat / AFP

« Première réunion du MAC », dit l’événement sur Facebook. Rien à voir avec la marque de maquillage, ou les célèbres ordinateurs de Steve Jobs. A Marseille, du moins chez les militants de la France insoumis et autres proches de Jean-Luc Mélenchon, Mac signifie « Marseille action culturelle ». Cette réunion, qui se tiendra ce samedi, promet d’aider à « agir avec toutes les forces disponibles (syndicats, associations, individus, institutions…) pour faire évoluer la politique culturelle à Marseille. »

>> A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes: «Merci les Zadistes», clame Jean-Luc Mélenchon

En réalité, à en croire Sophie Camard, suppléante de Jean-Luc Mélenchon à l’Assemblée nationale, cette initiative correspond à l’une des demandes formulées, par le chef de la France insoumise, visant à esquisser un programme. « Ce qu’il veut de nous, c’est qu’on travaille, qu’on s’organise. On prépare les municipales de manière sérieuse. »

Des réunions pour un programme

Ces élections ne sont en effet que dans deux ans, mais elles font déjà couler beaucoup d’encre. Il faut dire que, pour la première fois depuis 25 ans, Jean-Claude Gaudin ne serait pas candidat à sa succession. Dans cette course à la mairie de Marseille où les cartes sont totalement rebattues, Jean-Luc Mélenchon et son entourage tracent dès à présent leur sillon. Le mouvement est en effet fort de ses 16,46 % au premier tour des élections législatives et de son député qui n’est autre que le chef de file du mouvement.

>> A lire aussi : Législatives: «Je me retirerai de la politique les deux pieds devant!»... Mélenchon répond à nos lecteurs

Sur le terrain, les proches du parlementaire s’attachent ainsi, d’abord, à faire émerger un socle d’idées communes, comme le mouvement l’avait fait pour les élections nationales avec « L’avenir en commun ». C’est même l’une des recommandations de Jean-Luc Mélenchon himself lors de sa cérémonie des vœux, à Marseille, ce vendredi, devant des militants marseillais. « On a commencé un travail de fond, rapporte Sophie Camard. On organise la première réunion du Mac dans quelques jours, et j’aimerais bien qu’on en sorte avec des idées et un livre blanc sur la politique culturelle à Marseille. Il s’agit de poser un diagnostic, et lancer quelques propositions. »

« Qui va faire les listes ? »

Dans son long discours de vœux qui, par moments, avait l’allure d’une feuille de route à suivre jusqu’aux municipales, le chef de file de la France insoumise a appelé les militants à « gagner leurs galons ». « La première question, c’est qui va faire les listes ? Il faut, notamment dans les quartiers populaires, des femmes et des hommes nouveaux qui portent le projet. »

Un vrai défi pour ce jeune mouvement qui a fait irruption dans une vie politique marseillaise dominée pendant des dizaines d’années par Les Républicains et le PS. La mission est confiée notamment à la porte-parole de Jean-Luc Mélenchon pendant la présidentielle Sarah Soilihi, également candidate aux législatives dans les quartiers nord.

>> A lire aussi : VIDEO. Conseils minceur de Mélenchon et agenda blindé... L'Insoumise Sarah Soilihi remonte sur le ring

Des militants pas convaincus…

Pour cela, militants de la France insoumise et proches de Jean-Luc Mélenchon quadrillent les quartiers, afin de se faire connaître et mieux connaître leurs futurs électeurs. « Aux Rosiers, par exemple, j’essaie d’aider des locataires qui veulent créer une association pour reprendre en main le quartier et leurs droits contre des logements insalubres », explique Sarah Soilihi. Cet ancrage local a une optique claire : « Il ne faut pas oublier qu’il faut des personnes solides pour gagner les mairies de secteur, et battre les Ravier, Ghali ou Gilles, avant d’accéder à la mairie centrale ! »

Une fois le terrain ainsi labouré, Jean-Luc Mélenchon viendra-t-il lui-même récolter les graines et prendre la tête du cortège ? Cette question, le principal intéressé élude, après quelques pics contre Christophe Castaner, que des rumeurs persistantes disent candidat à la ville de Marseille​. Peut-être parce que certains militants, eux-mêmes, ne sont pas convaincus par l’idée, à l’image de Françoise, soutien de longue date. « Jean-Luc, il a un destin national, faut surtout pas qu’il soit maire ! » « La mairie de Marseille, c’est trop de problèmes, craint son amie Linda. Il y a trop de clientélisme, c’est une ville pas comme les autres Marseille. Trop compliqué… »