Angela Merkel sera reçue par Emmanuel Macron à l'Elysée vendredi

RENCONTRE Cette rencontre sera la première depuis la conclusion du projet d'accord gouvernemental entre les conservateurs d'Angela Merkel et les sociaux-démocrates du SPD...

20 Minutes avec AFP

— 

Angela Merkel et Emmanuel Macron le 28 août à l'Elysée.
Angela Merkel et Emmanuel Macron le 28 août à l'Elysée. — Francois Mori/AP/SIPA

Le « futur de l’Europe et des priorités à venir », seront au programme d’une rencontre entre Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel qui aura lieu vendredi, a annoncé ce mercredi l’Elysée.

Cette rencontre, programmée en fin d’après-midi, sera la première depuis la conclusion du projet d’accord gouvernemental entre les conservateurs d’Angela Merkel et les sociaux-démocrates du SPD, qui ouvre la voie à la constitution d’une « grande coalition » vers la fin mars.

>> A lire aussi : Angela Merkel exhortée à former une coalition avec les sociaux-démocrates

Une conférence de presse commune

Le rendez-vous portera également sur le 55e anniversaire de la signature du Traité de l’Elysée, a indiqué à Berlin une porte-parole du gouvernement allemand, Ulrike Demmer, qui a précisé que les deux dirigeants s’exprimeront devant la presse après la réunion prévue à 17h00.

L’Assemblée nationale et le Bundestag allemand devraient approuver le 22 janvier, le jour de ce 55e anniversaire, une résolution commune traçant des perspectives pour un nouveau traité, et renforçant la coopération entre les deux Parlements.

Emmanuel Macron avait indiqué le 28 septembre à la Sorbonne son souhait de « réviser le traité de l’Elysée », conclu en 1963 par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer.

« Renforcer » et « réformer » la zone euro avec la France

Le président français s’était dit vendredi dernier « heureux et satisfait » de l’accord de coalition trouvé en Allemagne, le jugeant « favorable au projet européen » qu’il porte.

Dans leur compromis d’alliance, les chrétiens-démocrates de la CDU et de la CSU et les sociaux-démocrates prévoient de « renforcer » et « réformer » la zone euro avec la France pour la rendre plus résistante aux crises.

Cet accord doit encore être ratifié par la base du SPD lors d’un congrès extraordinaire le 21 janvier, à l’issue très incertaine.