Saint-Etienne-du-Rouvray: Le parquet ouvre une enquête après les accusations de Mediapart

TERRORISME Les renseignements auraient négligé des messages menaçants d’un auteur de l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray en 2016, et auraient antidaté des documents pour se couvrir, selon le média d’investigation…

20 Minutes avec AFP

— 

L'intérieur de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray le dimanche 2 octobre 2017.
L'intérieur de l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray le dimanche 2 octobre 2017. — F. Pouliquen / 20minutes

Le parquet de Paris a ouvert une enquête ce vendredi après les accusations de Mediapart​ selon lesquelles les renseignements auraient négligé des messages menaçants d’un auteur de l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray en 2016.

>> A lire aussi : Attentat à Saint-Etienne-du-Rouvray: Mediapart affirme que les renseignements ont étouffé un raté, la préfecture dément

Un brigadier aurait en effet été obligé d’antidater des documents pour se couvrir, a-t-on appris de source judiciaire.

Un des deux assassins du curé évoquait déjà une « attaque dans une église »

L’enquête, confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), vise notamment les chefs de « faux et d’usage de faux », a précisé cette source.

Selon le site d’information, un policier de la Direction du renseignement parisien (DRPP) a rédigé une note faisant état de messages d’Adel Kermiche évoquant une « attaque dans une église » et mentionnant Saint-Etienne-du-Rouvray le 21 juillet, soit cinq jours avant l’assassinat du père Hamel, égorgé le 26 juillet.

Il donnait dans cette conversation de nombreux détails qui aurait pu permettre son identification rapide. Dans un communiqué publié ce vendredi, la préfecture de police de Paris n’avait pas nié l’existence de ce document mais en a minimisé la portée.