Emmanuel Macron se rendra en Corse le 6 février, vingt ans jour pour jour après la mort du préfet Erignac

SYMBOLE Jacqueline Gourault, la « Madame Corse » du gouvernement est actuellement à Ajaccio…

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron le 5 janvier 2018 à l'Elysée.
Emmanuel Macron le 5 janvier 2018 à l'Elysée. — LUDOVIC MARIN / AFP

Le président de la République Emmanuel Macron se rendra en Corse le 6 février, a annoncé ce vendredi à Ajaccio la ministre Jacqueline Gourault, la « Madame Corse » du gouvernement.

>> A lire aussi : Corse: Les nationalistes Jean-Guy Talamoni et Gilles Simeoni facilement élus

Le chef de l’Etat ira donc en Corse vingt ans, jour pour jour, après la mort du préfet Claude Erignac, assassiné à Ajaccio le 6 février 1998.

Les deux dirigeants nationalistes de Corse attendent « un geste politique fort »

Avant cette visite présidentielle, les deux dirigeants nationalistes corses, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, seront reçus à Matignon par Edouard Philippe le 22 janvier. Les deux hommes ont été élus le 2 janvier dernier à la tête de la nouvelle collectivité territoriale unique de Corse. Ils avaient alors assuré Paris de leur détermination et réclamé « un geste politique fort » de l’exécutif.

Ils expliquaient dans leur discours d’investiture que, tout en attendant « avec sérénité » la venue de Jacqueline Gourault, et une rencontre avec le Premier ministre : « nous savons qu’aujourd’hui en France, c’est le président de la République qui fixe le cap, et qui, aujourd’hui, connaît le mieux le dossier corse ». « Il peut être aujourd’hui, s’il en a la volonté, l’homme d’Etat, qui ouvrira la voie à une solution politique négociée permettant de tourner définitivement la page du conflit », avait poursuivi Gilles Simeoni.